• n,,Cigarettes et chocolat chaud

     

    Crédit photo : Mandarin Cinéma

    C'est l'histoire d'un père de famille (M. Patar, l'acteur Gustave Kerven) qui trime comme caissier dans deux commerces (dont un sex shop!) afin d'élever ses deux filles (Janis 13 ans et Mercredi 9 ans). Vous vous en doutez peut être, M. Patar est quelqu'un à qui la vie n'a pas fait particulièrement de cadeau et pour qui la débrouille est une impérieuse nécessité au quotidien. 

    A cause d'un sérieux laisser-aller dans l'éducation de ses enfants, M. Patar va recevoir la visite d'une enquêtrice sociale (Mme Grellot, l'actrice Camille Cottin). Cette dernière va lui imposer un programme destiné aux parents défaillants, programme sanctionné par un examen final qui risque de lui coûter la garde de ses enfants... 

     

    La thématique choisie ne se prêtait déjà pas à l'humour... mais pourquoi vouloir en rajouter absolument dans le mal-être social? dans le cas présent, la souffrance des travailleurs pauvres était déjà bien exposée, il était bien inutile d'en rajouter, nombre de personnes connaissant déjà dans leur entourage cette triste réalité.

    Pourtant, les réalisateurs ont cru bon d'en "remettre une louche". Résultat : même derrière les sourires ou les rires, Il y a toujours quelque chose d'amer et/ou de révoltant pour le téléspectateur. 

    Brute de décoffrage, cette comédie pointe du doigt les cruelles conséquences des accidents de la vie, sans toutefois parvenir à convaincre par excès de sentimentalisme.

    On aime :

    - la famille soudée de M. Patar.

    On aime pas :

    - le manque d'humour pour une comédie

    - la comédie qui vire (involontairement ou pas ?) à la satire sociale

    - beaucoup de scènes sans intérêt pour le scénario

    - le personnage de M. Patar (négligé et bourru)

     

    MA NOTE GENERALE : 4,5/10

     


    votre commentaire
  •  

    Impastor, le requiem d'un prêtre olé olé

     

    Crédit photos et vidéos : TV Land

     

    Dans un passé pas si lointain, j'errais dans le monde numérique à la recherche d'une série originale avec beaucoup d'humour ... Autant vous dire que c'était une vraie traversée du désert et que j'ai vu bien des navets pas risibles du tout. (de quoi faire un copieux bouillon !). 

    Au hasard des mes pérégrinations cinématographiques, je suis tombé sur cette série. J'ai d'abord lu "le pitch" qui m'a beaucoup intrigué. C'est vrai, curieuse histoire que celle d'un type obligé de prendre la place d'un prêtre (gay) dans une petite bourgade américaine pour fuir ses créanciers mafieux. Et surtout, dans quelle conditions ce changement pourrait-il se faire ? 

    Et puis, l'imposture habilement établie, nous nous intéressons vite à l'histoire de l'énergumène, ce véritable roi du vice qui nous vendrait du purin concentré en boîte en nous jurant la main sur le coeur qu'il s'agit d'un produit de qualité. 

    Il est comme ça, notre Buddy Dobbs (interprété par Michael Rosenbaum). Naturel et vicieux, mais tellement hilarant qu'il en devient attachant.

    Pour se faire aimer, il partait pourtant avec de lourds handicaps au départ : voleur, menteur, accro aux jeux d'argent, à l'alcool, aux drogues et aux prostituées, il ne lui restait guère que son bagout exceptionnel et son sens de l'improvisation pour sauver les apparences...J'allais quand même oublier son once d'humanité dans les moments importants.

    Et nous, spectateurs, dans tout ça ? on se tord de rire devant cette magistrale farce, et pour un peu, nous irions presque nous confesser. 

    Impastor, le requiem d'un prêtre olé oléA

    A défaut de nous confesser, nous pourrions tout aussi bien nous adresser à son assistante, véritable icone de la godiche parfaite, dont le petit plaisir est de ne jamais rater une gaffe.

    actrice impastor

    Non vraiment, c'est un gâchis monumental de s'en être arrêté définitivement à la saison 2, une faute de goût inimaginable qui mérite bien des châtiments... divins. 

     

    On aime :

    - l'absence de rires en boîtes  

    - l'humour qui emprunte parfois aux Monthy Python

    - Le format des épisodes (moins de 30 minutes)

    on aime pas :

    - Pas de saison 3 (évidemment)

    - toujours pas une saison traduite en VF à l'heure où j'écris ces lignes

     

    MA NOTE GENERALE : 7,5/10

     

     


    votre commentaire
  • Toute première fois

     

    Crédit Photos et vidéos : les Improductibles, Kaly productions, Gaumont, M6 Films

     

    Au lendemain d'une soirée que l'on imagine bien arrosée, Jérémy, trentenaire et chef d'entreprise, se retrouve dans le lit d'une charmante créature suédoise prénommée Adna... Le problème, c'est que Jérémy revendique haut et fort son homosexualité depuis de nombreuses années et qu'il file déjà le parfait amour avec son petit ami (Antoine)...Un mariage avec ce dernier est même prévu de longue date. Situation cocasse que ce "coming out" inversé, d'autant que Jérémy sera amené à revoir Adna. De quoi se poser des questions sur la nature de ses sentiments pour elle et sur sa réelle orientation sexuelle...

     

    Trois idées me semblent caractériser cette comédie : l'originalité, le bon esprit, l'approche rafraîchissante.

    Le contenu m'a même agréablement surpris, car un sujet sulfureux comme celui-ci était bordé de multiples écueils dès le départ. Il aurait très facile, par exemple, de tenter de marcher sur les pas de la cultissime cage aux folles ou de verser du bizarre au malsain.

    Pourtant, rien de tout cela au programme...Et même mieux encore, cette comédie décalée réussit à nous faire rire assez régulièrement en suivant un rythme plutôt enlevé, pariant souvent sur la carte d'un humour grivois et irrésistiblement subversif pour illustrer des situations rocambolesques.

    Difficile d'avoir à redire également sur les messages véhiculés par ce film, que ce soit en matière de tolérance, d'amitié ou d'amour. Quant aux acteurs (Pio Marmaï, Franck Gastambide, Camille Cottin), ils jouent leurs partitions respectives avec un allant certain, ce qui ajoute "un cachet" indiscutable à l'ensemble. Avec une mention spéciale à Franck Gastambide dans le rôle du bon pote !

     

     

    MA NOTE GENERALE : 6/10


    2 commentaires
  • Blindspot

    Crédit photo et vidéos : Warner Bros vidéo, NBC

     

    Si vous aimez l'action et le suspens, Blindspot est la série qu'il ne vous faut pas rater. Tout commence à New-York, où le FBI retrouve une jeune femme (l'actrice Jamie Alexander, alias "Jane Doe") enfermée dans un sac de sport, lequel a été abandonné en plein milieu d'un lieu public très fréquenté.

    Le corps entier de Jane est recouvert de nombreux tatouages aux motifs variés. Qui est-elle et pourquoi a-t-elle été abandonnée là dans ces conditions ? elle est bien incapable de répondre à ces questions car elle est devenue complètement amnésique...

    Deuxième question essentielle, pourquoi ces tatouages sur son corps et que signifient-ils exactement ?

    Seule solution pour retracer son histoire, examiner à la loupe les tatouages présents sur son corps.

    Blindspot

    Au fur et à mesure de l'enquête, le FBI s'aperçoit que ces tatouages ont tous un lien étroit avec des affaires criminelles passées ou futures. Pourquoi le corps de Jane deviendrait-il la poule aux oeufs d'or du FBI ? c'est tout l'objet de la série.

    Pour prendre la tête du petit groupe du FBI en charge de Jane, les scénaristes ont opté pour l'acteur Sullivan Stapleton dans un rôle qui lui va comme un gant.

    Blindspot

    Cette série déborde de vitalité en accumulant des scènes d'actions à profusion, non sans s'attacher également à dépeindre la la psychologie des personnages.

    Elle n'est pas sans rappeler non plus "les Experts" ou "NCIS" pour ce qui est de l'usage systématique des technologies de pointe dans le domaine de la police scientifique.

    Autant être prévenu d'avance, vous avez intérêt d'être en forme pour regarder Blindspot. En effet, la moindre phrase peut avoir son importance et les dialogues se font à bâtons rompus pour tenir constamment en haleine les téléspectateurs..

    Notez qu'à l'heure où j'écris ces lignes, une saison 3 a été reconduite alors que beaucoup s'inquiétaient du sort de la série (dont les dernières audiences avaient été jugées décevantes).

    On aime :

    - La qualité et l'originalité du scénario 

    - Les parcours de vie des personnages

    - Les scènes d'action spectaculaires qui n'ont rien à envier à James Bond

     

    On aime pas

    - dialogues trop nourris et trop techniques en phase d'enquête

    - les indices tirés par les cheveux grâce à des logiciels surperformants

    - le côté survitaminé de la série

     

    MA NOTE GENERALE : 6,5/10


    2 commentaires
  • Pour ceux qui le souhaitent, ce blog dispose maintenant d'un compte Twitter :

    https://twitter.com/critiqcinema

     

    Suivez ce blog sur Twitter

     


    4 commentaires