• Wolf Creek (Série, 2016)

    Crédit photo et vidéo : Greg Mc Lean, Stan

     

    Résumé : un sérial killer écume l'Australie à la recherche de ses proies...Mais parfois, le traqueur devient traqué, non seulement par la police locale mais aussi par d'anciennes victimes revanchardes.

     

    Paysages désertiques, vies spartiates et situations cornéliennes/dramatiques, voilà ce qui vous attend dans cette série qui m'a rappelé les aspects les plus rudes de "The Walking Dead", surtout pour son côté survie en milieu hostile. Ames sensibles, s'abstenir impérativement...Quant à aux autres, bienvenue dans un monde sauvage et implacable, qui revient parfois à faire de l'homme un animal comme les autres, incité par la nature à conserver ses plus bas instincts de primates.

    Le mélange du glauque, du dérangeant et de l'horreur forme un cocktail assez captivant dans cette production, d'autant qu'elle nous renvoie à des milliers de kilomètres du confort douillet de nos vies citadines.

    Le scénariste, sacrément doué, utilise souvent la suggestion (images de chaines, "flashs" du tueur, etc...) pour communiquer l'angoisse au téléspectateur. Si vous aimez "the walking dead" et que vous êtes en plus un grand fan de "Koh Lanta" (voire même fan de trail), vous ne pouvez pas passer à côté de cette composition spécialement concoctée pour vous. Notez que Wolf Creek est un spin-off des films Wolf Creek 1 et 2, et que cette série n'est disponible pour l'instant qu'en version originale sous titrée.

    MA NOTE  GENERALE : 7,5/10

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     


    2 commentaires
  • Le bonhomme de neige (film, 2017)

    Crédit photo et vidéo : Another Park Film, Perfect World Pictures, Working Title Films Universal, Pictures International France

    Résumé : un détective alcoolique et en proie à des déboires familiaux enquête sur un mystérieux tueur qui sévit aux alentours d'Oslo et signe ses meurtres avec un bonhomme de neige. Pour résoudre cette affaire, il va devoir composer avec une jeune policière assez douée qui vient tout juste d'être mutée.

     

    Un thriller qui s'entête à ne suivre essentiellement que le travail et la vie privée des enquêteurs, tout en s'attardant un peu trop sur les paysages norvégiens. Certes, il fallait préserver le suspens sur l'identité du tueur, mais il aurait été utile d'avoir des indices sur lui ou de le voir évoluer sans dévoiler son visage.

    Le fil narratif est parfois ennuyeux mais les quelques scènes d'action (meurtres) suffisent quand même à lui conférer un minimum d'intérêt. Le déroulé de l'enquête est très sinueux et il y a des incohérences majeures (sans être trop regardant, comment un enquêteur alcoolique peut-il encore exercer ? comment se déplace le tueur dans ces paysages glaciaires et hostiles sans être repéré ?).

    Les acteurs principaux assurent l'essentiel, guère plus. A noter la présence de Charlotte Gainsbourg qui reste sur la touche trop souvent et ne parvient pas à exprimer complètement son talent, engoncée dans le rôle d'une femme peu expressive. Quant au final, il m'a paru vraiment éblouissant, que ce soit en terme de suspens ou d'action...Même si ce film peut rappeler l'inspecteur Derrick par sa lenteur, tout n'est pas à jeter par la fenêtre.

     MA NOTE GENERALE : 5,5/10


    2 commentaires
  • Jigsaw (film, 2017)

    Crédit photo et vidéo : Twisted Pictures

    FILM INTERDIT AUX MOINS DE 16 ANS EN FRANCE, EN SUISSE ET AU QUEBEC

     

    Résumé : John Kramer, alias"JigSaw" ou encore "le tueur au puzzle" est décédé depuis 10 ans. Seulement voilà, cinq personnes se retrouvent de nouveau dans des pièges qu'affectionnaient le tueur sadique...Celui-ci est-il encore en vie ?

    Tous les amateurs du genre le reconnaissent bien volontiers, le premier opus de la saga est une référence dans la catégorie épouvante/horreur.

    A mon sens, celui-ci exploite également (avec plus ou moins de succès) la même combinaison qui a fait le succès de Saw : atmosphère angoissante, jeux machiavéliques et sanglants, enquête qui piétine avant d'aboutir à un résultat stupéfiant.

    Jigsaw (film, 2017)

    Malgré ces efforts pour renouer avec ses liens originels, JigSaw cumule des imperfections importantes. Premier reproche, la distinction entre le présent et le passé n'est pas suffisamment franche pour que le téléspectateur puisse clairement s'y retrouver... Il en résulte une sorte de "bouillabaisse temporelle" .

    Deuxième observation négative, les pièges ont perdu en originalité, même s'ils demeurent effrayants. Les puristes se plaindront sans doute que cela ne soit pas assez sanguinolent. A défaut d'être suffisamment sanglant, un nouvel opus aurait pu innover, en laissant par exemple la place à des phobies courantes (peur des araignées, des souris, etc)

    Enfin, et c'est sûrement le plus embêtant dans ce film, l'implication des acteurs n'est pas optimale, ce qui lui donne un petit côté "série B", amputant d'autant son sérieux. Certaines scènes sont en effet surjouées au point que cela peut paraître ridicule.

    Dans l'ensemble, Jigsaw reste quand même un divertissement agréable mais il n'égale pas, loin s'en faut, les meilleurs opus de la saga.

     

     MA NOTE GENERALE : 6/10


    2 commentaires
  • Garde alterné (Film, 2018, toujours à l'affiche actuellement).

    Crédit Photo et vidéo : Pan-Européenne

    Résumé : Sandrine est mariée depuis 15 ans à Jean et le couple a deux enfants. Elle découvre que ce dernier la trompe avec une libraire. Passé le cap de la colère, elle va rencontrer sa rivale et lui prproposer l'impensable : partager son mari une semaine sur deux, dans une sorte de garde alternée...

    Une comédie qui prête plus souvent à sourire qu'à rire sur l'usure d'un couple au bout de quinze ans de mariage.

    Le gros souci, c'est que cette comédie cherche à déclencher l'hilarité dans le public sans bagages intéressants dans le scénario et le script.

    Les dialogues sont si peu recherchés qu'ils sont parfois carrément ennuyants à mourir. Certaines scènes, ridicules et improbables, sont poussées au paroxysme de l'absurdité et il difficile de déceler si elles ont été filmées pour leur côté pathétique ou humoristique.

    L'invraisemblable aurait pu faire rire mais le tout est trop grossièrement monté. Patrick Bourdon, Valérie Bonneton et Isabelle Carré font ce qu'ils peuvent pour sauver les meubles. Ils y parviennent de temps en temps mais sont souvent à la limite de la rupture.

    Très passable et réservé à un public indulgent.

    MA NOTE: 5,5/10


    2 commentaires
  • L'outsider (film, 2016)

    Crédit photo et vidéo : France 2 Cinéma, Le Pacte, Galatée Films, Gecko Films, Outside Films, Logline Studio

    Résumé :  Ce film dépeint l'histoire vraie de Jérôme Kerviel, trader à la Société Générale, qui a fait perdre près de 5 milliards d'euros à cette banque en 2008.

    Difficile de faire le tri entre la réalité et la fiction, tant de choses ayant déjà été dites sur cette affaire. (dont voici le résumé).

    Je m'attendais à quelque chose de plus sobre/de plus frileux au cinéma, l'épilogue de cette affaire étant encore frais (dernier jugement en septembre 2016).

    Mais force est de constater que c'est plutôt un film reposant sur l'audace qui nous est proposé en exposant habilement les pires travers de la finance, qui peut aller jusqu'à réduire complètement l'humain en une machine à générer du cash.

    Est-ce une caricature au vitriol du milieu des traders ? difficile à dire, n'ayant jamais vécu l'expérience d'une salle de marchés... Si l'on se fie à ce film, le machisme y serait de rigueur, l'humour y serait tantôt graveleux tantôt cynique, comme une sorte de fête permanente de la testostérone où celui qui prend le plus de risques payants serait sanctifié par ses pairs traders.

    De fil en aiguille, l'homme Kerviel se serait laissé entrainé dans un jeu dangereux, perdant complètement pied avec la réalité des chiffres, s'écartant du chemin du risque raisonné. Je me suis laissé absorbé par cette dérive d'un homme grisé par ses succès précédents et ne voyant pas le mur arriver devant lui.

    Nul besoin d'avoir fait "math sup" pour comprendre ce film à l'univers impitoyable. Une grosse claque et un dur retour à la réalité pour tous ceux qui s'imaginent que la roue de la chance ne tourne toujours que dans le sens du succès.

    MA NOTE (SOCIETE) GENERALE : 7/10

     


    1 commentaire