• L'embarras du choix

    Résumé : Juliette (Alexandra Lamy) est une indécise chronique...Les autres décident toujours de tout à sa place, et en particulier son père. Comme elle est toujours célibataire à l'aube de ses 40 ans, ses proches vont l'inscrire sur un site de rencontre. Elle va faire la connaissance de Paul et Etienne, deux hommes qui vont s'amouracher d'elle au point de vouloir l'épouser...

     

    Le scénario est d'une simplicité élémentaire mais il n'est pas totalement dénué d'intérêt tant la thématique (pourtant porteuse) de l'indécision maladive a été négligée dans les comédies.

    Le casting, attractif, pioche la totalité de ses premiers rôles dans des acteurs qui ont depuis fait leurs preuves grâce à des mini-comédies populaires à succès comme "un gars une fille" (Alexandra Lamy, Juliette), "parents mode d'emploi" (Arnaud Ducret, prétendant de Juliette) ou encore "Kaamelott" (Lionel Astier, père de Juliette).

    C'est toujours teinté de bonne humeur et relativement convenu pour plaire au plus large public possible (comme c'est souvent le cas de beaucoup de petites comédies françaises !).

    Cette comédie pourrait être taxée de niaise tant elle est enjouée et attendrissante, mais personne n'est parfait et les rires sont garantis sur mesure.

     

    MA NOTE GENERALE : 6/10


    1 commentaire
  •  

    Dunkerque - 2017 (toujours à l'affiche)

     

    Crédit Photo : Syncopy Films, RatPaC-Dune Entertainment, Studio Canal, Warner Bros

     

    Le Pitch : nous sommes en mai 1940, les troupes alliées ont été contraintes de se replier sur Dunkerque où elles sont acculées par l'armée allemande. Commence alors l'opération "Dynamo" destinée à sauver par la voie des mers les 400000 hommes confinés dans cette poche.

     

    Ce film, qui vient de sortir en France actuellement, s'impose actuellement en tête du box office américain. (voir ici)

    Amateur des films de guerre, j'attendais impatiemment sa sortie après avoir vu sa bande annonce plutôt aguichante. Alors, Dunkerque vaut-il le coup d'oeil ?

    Autant être direct, j'ai été assez déçu par ce blockbuster. J'ai trouvé qu'il était bigrement brouillon dans le scénario, qu'il manquait d'un angle de vue plus étendu sur la situation et que les cadrages ne nous permettaient pas de nous faire une idée de l'ampleur de cette opération (où sont passés les 150 millions de dollars investis à part dans les explosions, les naufrages et les combats aériens ?).

    S'il est difficile de s'imaginer l'évacuation sous les bombes de 400000 personnes sur une plage, une chose est sûre : nous sommes loin d'une représentation fidèle ici !

    Sous un biais strictement scénaristique, ces événements ne nous sont présentés que du petit bout de la lorgnette en passant trop rapidement d'une vision à une autre : de celle du simple troufion cherchant à sauver sa peau à celle de l'amiral anxieux scrutant l'horizon, les amateurs du genre peuvent avoir la désagréable impression que tout n'a été que prétexte à des scènes spectaculaires.

    Or, un bon film historique/de guerre ne peut pas se contenter de ne montrer que des scènes de combats aériens, des navires coulés et des hommes en proie à la panique sous la mitraille ! l'on pourrait presque parler d'un devoir pédagogique pour les générations plus jeunes.

    Sur le plan historique, le film éclipse complètement les coulisses de l'opération dynamo (quid des politiques et des états majors ?) et occulte complètement les efforts fournis par l'arrière garde alliée pour contenir les troupes allemandes pendant l'évacuation.

    Dunkerque est un film de guerre minimaliste dont je ne retiendrais sûrement que les scènes de combat aériens (époustouflantes) et la qualité des scènes d'action. 

     

    MA NOTE GENERALE 5,5/10


    2 commentaires
  •  

    De plus belle - 2017

     

    Crédit photo : Nolita Cinéma, Auvergne-Rhône-Alpes, Studiocanal, France 2 cinéma

     

    Lucie est une quadragénaire qui vient de se remettre d'un cancer du sein, mais la peur d'une récidive de cette maladie hante toujours son esprit. Assez bien entourée, elle va refaire surface peu à peu et prendre conscience que l'amour peut encore toquer à sa porte...Son prétendant (Clovis) va devoir s'accrocher pour la séduire, quitte à la mettre parfois en difficulté. Parallèlement, elle va faire la connaissance d'une professeur de danse aux méthodes originales qui parvient à redonner aux femmes la confiance qui leur manque.

     

    Florence Foresti, transfigurée, nous montre ici une toute autre facette d'elle même, dans un rôle qui s'annonçait plutôt très délicat à interpréter pour elle en tant que pivot de cette comédie dramatique (!). A contre-emploi, elle s'en sort plutôt pas mal et démontre de belles dispositions d'actrice.

    Mathieu Kassovitz (Clovis) assure son rôle de trublion du coeur avec justesse et Nicole Garcia est relativement à l'aise dans son personnage exubérant, entre gourou et prof de danse.

    Côté négatif, j'ai relevé que les dialogues m'ont semblé trop souvent insipides et/ou peu constructifs pour l'histoire. C'est là, à mon avis, que cette comédie perd beaucoup de son attrait, alors que quelques belles joutes verbales pointent pourtant le bout de leur nez dès le début du film.

    En fin de compte, mon appréciation sera plutôt positive sur cette comédie dont le sujet, assez grave (le cancer), a été abordé avec une délicatesse infinie, une très légère pointe d'humour et une foi inébranlable dans l'humanité.

      

     

                                                          MA NOTE GENERALE : 6,5/10

     


    4 commentaires
  • Victoria - 2016

     

    Crédit Photo : France 2 cinéma, Ecce Films, CNC, Canal +, Ciné +, France télévisions, Cinémage 10

     

    Le pitch : Victoria Spick, avocate spécialisée dans les affaires pénales, est invitée dans un mariage où une tentative de meurtre est perpétrée. Parallèlement, elle embauche l'un de ses anciens clients comme garçon au pair... A la suite de ces événements, sa vie va prendre une tournure plutôt chaotique.

     

    Bordélique, tel est le qualificatif qui me vient à l'esprit après avoir visionné ce film. Ici, rien n'est jamais très clair et le désordre présent dans la tête de Victoria se répand comme une traînée de poudre dans un scénario qui se borne à la suivre dans sa vie courante ou à résumer quelques uns de ses errements du passé.

    L'indécision chronique de Victoria en devient parfois profondément agaçante. Ce travers est d'autant plus visible qu'elle accapare les caméras, ne laissant que trop peu de place aux personnages secondaires. 

    De manière constante, Victoria, éternellement fragile, tâtonne dans chaque partie de son existence et ne sait jamais à quel saint se vouer.

    Néanmoins, Virginie Efira (qui interprète Victoria) est suffisamment brillante et persuasive pour nous faire digérer une pilule qui aurait pu être bien amère sans sa prestance et quelques situations cocasses.

    Un film aux penchants intimistes assumés, assez conventionnel et qui nous fait découvrir  la vie d'une femme constamment sur le fil du rasoir entre vie privé, vie sentimentale et vie professionnelle. 

     

    MA NOTE GENERALE  : 5,5/10


    2 commentaires
  •  

    Before I Fall

    Crédit photo : Awesomeness Films, Jon Shestack Productions

     

    Résumé : Samantha Kingston est une jeune fille qui s'aperçoit qu'elle va devoir constamment revivre le dernier jour de sa vie sans savoir vraiment pourquoi ...

     

    Après un début irritant dû à l'exposition plein phare de certains mauvais aspects de la vie adolescente (gamineries, futilités), le film prend réellement son envol et parvient même à atteindre une toute autre dimension, plutôt d'ordre spirituelle/philosophique.

    Samantha est constamment en proie au doute et nous emporte dans son tourbillon d'interrogations. Que doit-elle faire exactement pour que cette journée change vraiment ? peut-elle réellement changer le cours de son destin comme celui des autres ? que pourrait-elle faire de meilleur si elle est perpétuellement condamnée à mourir ?

    Le message porté par ce film est simple, sensibilisateur et surtout très cohérent d'un point de vue strictement scénaristique. A n'en pas douter, le chemin de croix de Samantha éveillera les consciences en véhiculant de très belles valeurs... Côté interprétations ou bande sonore, tout se tient à merveille et il n y a rien à redire.

    "Un jour sans fin" (1993) a peut être trouvé son digne successeur sur son étagère poussiéreuse, mais il est vrai qu'il attendait depuis fort longtemps...

     

                                                                   MA NOTE GENERALE : 7/10

     

     


    4 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique