• Premières Vacances (film, à l'affiche actuellement)

    Crédit Photo et vidéo : NJJ entertainment, Le Pacte, C8 Film

     

    Résumé : Marion et Ben se rencontrent par l'intermédiaire de Tinder. Dès le lendemain de leur rencontre, Ben propose à Marion de partir avec lui en vacances en Bulgarie... Ils vont faire ce voyage ensemble malgré les réticences de leur entourage. 

     

    Deux conceptions diamétralement opposées des vacances à l'étranger s'opposent frontalement avec ce couple dont les aspirations et les modes de vie divergent profondément.

    Les dialogues sont "cash" et souvent évocateurs du quotidien de beaucoup d'entre nous en vacances : ils font souvent mouche émotionnellement parlant quand ils ne nous rappellent pas certaines de nos habitudes.

    Jonathan Cohen brille de mille feux dans cette comédie en jouant à merveille de ses petites manies de "vieux garçon" précautionneux, à l'opposé du mode de vie "baba cool" fait d'imprévus à laquelle aspire sa nouvelle compagne.

    A partir du moment où l'on passe un bon moment, que peut-on concrètement reprocher à cette comédie ? je n'ai relevé que deux, voire trois petits défauts, mais ils pimentent tellement ce film qu'ils sont aussi des qualités à mes yeux.

    L'anti-publicité contre la Bulgarie, par exemple, est acceptée bien volontiers tant elle donne lieu à des scènes caustiques. Les quelques scènes de sexe (dont l'une assez transgressive) sont à la base de répliques irrésistiblement satiriques et corrosives.

    Les esprits les plus chagrins relèveront peut être que des trentenaires auraient peut être été plus à même de jouer ces rôles, encore que cette remarque resterait discutable sociologiquement.

    Une comédie aux accents libertaires très distrayante, dans la plus pure tradition française des comédies amoureuses, qui sait manier l'humour avec brio et qui prône la sincérité dans les rapports humains.

     

    MA NOTE GENERALE : 6,5 /10

     

     

    http://www.thefilm.fr/premieres-vacances-fr/

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • La défense Lincoln (film, 2018)

    Crédit photo et vidéo : Lions Gate film, Lakeshore entertainment

     

    Résumé : Mickey Haller, avocat plutôt atypique, hérite d'une affaire assez spéciale : il doit doit défendre Louis Roulet (fils d'une riche famille) devant les tribunaux américains, lequel est accusé d'une agression violente et d'une tentative de meurtre. Au cours de cette affaire, il va se rendre compte que son client est peut être responsable du meurtre d'une autre femme...Un meurtre remontant à de nombreuses années, et pour lequel l'un de ses anciens clients purge une lourde peine de prison.

     

    Une interprétation pleine de justesse de Matthew McConaughey (alias Mickey Haller, l'avocat et personnage central), que certains d'entre nous ont déjà pu apercevoir dans l'excellente saison 1 de True Détective (voir ma critique ici).

    Hormis McConaughey et Marisa Tomei, le casting est famélique en terme d'acteurs réputés.

    Le scénario est parfois qualifié de "thriller juridique", tant l'aspect judiciaire occupe une place importante. Même si ce scénario n'est pas mauvais, tout le monde ne se réjouira pas forcément de passer autant de temps dans des joutes verbales au langage soutenu se déroulant dans les prétoires américains.

    C'est avant tout la personnalité hors norme du personnage principal et ses états d'âme qui gouvernent le film, d'autant que les rares scènes d'action ne sont pas très spectaculaires.

    Même avec un regard très sévère, il faut admettre que ce film dégage quelque chose de relativement intéressant, sans pour autant que l'on puisse s'extasier de joie.

     

    MA NOTE GENERALE : 6/10

     

     


     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  •  

    How It End (Film, 2018)

    Crédit photo et vidéo : Paul Schiff Production, Sierra/affinity, Netflix

     

    Résumé : Un jeune avocat reçoit un coup de fil inquiétant de sa fiancée enceinte à Seattle : celle-ci raccroche brutalement après avoir été fortement inquiétée par quelque chose d'anormal qui s'est déroulé autour d'elle.  Comme les liaisons électriques et téléphoniques sont coupées (les médias évoquent un séisme), celui-ci et son beau-père vont tenter de retrouver sa trace en parcourant des centaines de kilomètres.

     

    Un film assez mauvais dans l'ensemble, malgré la présence de Théo James (connu pour son rôle majeur dans la série de films "Divergente") et de l'acteur confirmé Forest Whitaker dans les rôles principaux.

    Du scénario aux dialogues, il manque toujours quelque chose d'épicé quand tout n'est pas à revoir du sol au plafond.

    Complètement par hasard, j'ai parlé de ce film à un ami qui a eu la même réaction que moi au bout d'un certain temps : il s'est assoupi. (J'ai trouvé le courage de le voir jusqu'au bout en deux fois).

    Certes, il y a un peu d'action, oui, mais tout est tellement fade, mal cadré ou stéréotypé que l'on aurait presque envie de "zapper"...Le plus navrant, pour moi, étant les raccourcis faciles de certaines scènes (dignes des plus grands nanars) ou les trajectoires de vie complètement impensables de certains personnages.

    Clairement, il n'y a pas grand chose à en dire de plus, si ce n'est que le final est aussi une déception. 

     

    MA NOTE GENERALE : 3/10

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    2 commentaires
  •  

    L'Empereur de Paris (à l'affiche actuellement)

    Crédit photo et vidéo : Mandarin Cinéma

    Résumé : Les tribulations d'Eugène-Francois Vidocq, ancien bagnard qui va devenir successivement drapier avant de travailler pour la sûreté de Paris...

     

    J'ai pu voir ce film dans une salle minuscule (50 places) mais pleine à craquer où les cheveux blancs étaient de rigueur....Fort heureusement, quelques uns commencent à poindre chez moi, ce qui m'a permis de passer presque inaperçu !

    Plaisanterie mise à part, il s'agit pour moi de l'une des meilleures productions françaises du genre de ces dernières années.

    Puisqu'il faut bien débuter cette critique par un aspect de cette production, je tenais d'abord à saluer cette prouesse de la reconstitution de Paris sous l'ère napoléonienne. En effet, partant d'une simple ruelle parisienne ou d'endroits plus prestigieux, les cadrages panoramiques alternant zoom arrière et avant nous offrent des aperçus fascinants d'un autre siècle.

    Question décors, donc, rien à redire, tout comme ce qui touche au domaine des costumes et des accessoires, impeccables et fidèles à l'époque napoléonienne.    

    Comme vous le savez très certainement, le scénario est basé sur l'histoire du très célèbre Vidocq, ancien bagnard qui prendra bien plus tard la tête de la brigade de sûreté de Paris (voir ici).

    Evidemment, l'Empereur de Paris s'est sûrement accordé quelques largesses avec la réalité historique pour satisfaire le public.

    Certains auraient beau jeu aussi de critiquer son classicisme en matière scénaristique, les palabres d'un autre temps ou encore la brutalité de certaines scènes d'action. Toujours est-il qu'il retranscrit assez fidèlement l'atmosphère d'une époque, qu'il fait émerger des personnages audacieux et attachants gravitant autour de Vidocq.

    Alors bien sûr, dans ces conditions, le contexte historique passe au second plan puisque la dynamique du scénario repose exclusivement sur les circonvolutions autour du personnage principal.

    Le triptyque romance/action/suspens est parfaitement fonctionnel et il accapare constamment l'attention du public : combats épiques, luttes d'influences dans les cercles de pouvoir, fourberies et vengeance se multiplient avec une certaine maestria dans la mise en scène.

    Vincent Cassel fait un Vidocq impressionnant après avoir fortement payé de sa personne (musculation, gain d'une bonne vingtaine de kilos !). Quant aux seconds rôles comprenant notamment Patrick Chesnais (M. Henry) et Fabrice Luchini (Fouché), ils ont l'air de s'épanouir pleinement dans leurs costumes respectifs.

    Bref, une muse d'exception a dû passer par là car il y'a belle lurette que je n'ai pas vu une production française aussi bien menée de long en large.

     

     

     MA NOTE GENERALE : 8,5/10

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique