• Absentia (série, 2017)

    Crédit photo et vidéo : Altice Studio, AXN, Gaia Violo, Matt Cirulnick

    Résumé : une ancienne membre du FBI disparait mystérieusement et réapparait 7 ans plus tard dans un état physique et psychologique déplorable...

     

    Encore une, me disais-je, en lisant le pitch. Encore une personne frappée d'amnésie et qui découvre son passé avec seulement quelques indices en main...

    Au premier abord, le scénario ne m'inspirait pas du tout et j'écartais systématiquement cette série de mes premiers choix, tant le cinéma me parait avoir déjà largement surexploité le filon de l'amnésie totale, de Jason Bourne à Blindspot.

    Et puis, je me suis retrouvé au fond du gouffre cinématographique... Pas une série de qualité sous la main, pas un film en vue, rien. "La dèche" totale, vous dis-je, une disette à en pleurer à chaudes larmes devant son écran.

    Avant de débuter Absentia, un petit tour par Allociné me rend un peu fébrile : avec une note de 2,5/5 décernée par les téléspectateurs, la série n'a pas de quoi pavoiser. Mais Absentia a une particularité de taille par rapport à d'autres oeuvres cinématographiques dans lesquels évoluent des amnésiques, son héroïne principale, qui souffre de cette pathologie, va découvrir que l'homme dont elle partageait la vie auparavant a refait sa vie avec une autre femme.

    De plus l'héroïne va chercher ce qui la relie exactement à un tueur en série qui semble prendre un malin plaisir à la faire tourner en rond. Captivante de bout en bout, cette série m'a vraiment enthousiasmé. J'ai bien peur  qu'une saison 2 ne puisse atteindre le niveau de la première...

    MA NOTE GENERALE : 8,5/10

     

     

     


    2 commentaires
  • Beau Séjour

    Crédit Photos et vidéos : Arte, Netflix, Nathalie Basteyns, Kaat Beels

    Résumé : Une jeune femme (Kato) se réveille dans la chambre d'un hôtel (le "beau séjour"), en Belgique. Elle se rend compte qu'elle n'est plus qu'un fantôme en apercevant son corps ensanglanté gisant dans la baignoire. Passé le cap de la surprise, elle va devoir mener l'enquête sur sa propre mort avec quelques alliés du côté des vivants...

     

    Beau séjour surprend agréablement avec des moyens financiers qui étaient manifestement assez limités. En effet, n'attendez pas d'acteurs extrêmement connus ni d'effets spéciaux ébouriffants dans cette série.  

    Si le pari est réussi, c'est surtout qu'elle est un vrai délice sous un angle purement scénaristique tant les rebondissements sont âprement ménagés. Le déroulé de l'enquête est juste parfait, à l'image de la partition livrée par les acteurs.

    Le côté surnaturel n'occupe finalement qu'une place très relative dans ce qui s'apparente plutôt à un thriller enlevé dans une atypique bourgade belge.

    Les personnages principaux sont tous des antihéros qui ne peuvent que trouver aisément sympathie ou empathie au fil des épisodes. Beau séjour, c'est un peu "du cousu main" cinématographiquement parlant, mais du cousu main de qualité réalisé avec un savoir faire indéniable pour le plus grand bonheur des téléspectateurs.

    Une série qui mérite vraiment le coup d'oeil, même si l'on peut se poser des questions légitimes sur l'intérêt d'une deuxième saison, la première bouclant cette enquête de fond en comble avec brio.

     

    MA NOTE GENERALE : 7,5/10 

     

     

     


    5 commentaires
  • 1922 (film, 2017)

     

    Crédit photo et vidéo : Campfire productions

    Résumé : En 1922, Wilfred James, fermier de son état, entreprend de tuer sa femme pour conserver ses terres et sa ferme. Il accomplit ce crime avec l'aide de son jeune fils qu'il a manipulé à sa guise. Après avoir fait disparaître le corps de sa défunte épouse, il imagine qu'il va pouvoir vivre une vie normale avec son fils, mais il va vite être rattrapé par les remords et les ennuis.

     

    Ce film est une adaptation d'une nouvelle fantastique de Stephen King remontant à 2010. 

    Ce qui est frappant, c'est le côté rustre de Wilfred et l'aspect sordide de certaines scènes, lesquelles n'étaient pas forcément indispensables à l'intrigue elle même. (âmes trop sensibles s'abstenir)

    En sus, j'ai relevé une véritable fixette sur les rats et un scénario qui n'en finit jamais de se prélasser dans le glauque, la majorité des tentatives de percées dans l'épouvante se soldant par des échecs patents. Ce qui me dérange également, c'est que le scénario est uniquement basé sur la perception des événements de Wilfred, une approche qui ne peut qu'être très réductrice.

    Autre parent pauvre de cette adaptation, les dialogues...très souvent distillés au compte goutte (ben oui, m'sieur, on parle peu à la ferme !), ils ne nous offrent quasiment jamais l'opportunité d'apprécier les qualités humaines des personnages.

    Si ce film sort à peine la tête de l'eau, il le doit surtout au charisme de Thomas Jane, épatant dans son rôle de fermier bourru et têtu, et dans une moindre mesure à Neal Mc Donough, qui fait quelques apparitions remarquées. 

     

     MA NOTE GENERALE : 5,5/10


    2 commentaires
  • Jalouse (2017, toujours à l'affiche en salle)

     

    crédit photo et vidéo :  Mandarin Cinéma, Studiocanal, France 2 Cinéma

    Résumé : à l'aube de sa ménopause, Nathalie (Karin Viard) ne peut s'empêcher d'envier la vie des autres et d'être systématiquement cassante avec son entourage immédiat...Jusqu'au jour où elle s'aperçoit enfin que son attitude négative fait fuir tout le monde autour d'elle, jusqu'à sa propre fille.

    Un film plutôt destiné aux femmes qui apporte beaucoup d'eau au moulin sur les relations complexes entre mère et fille.

    Le spectacle donné par Nathalie fait froid dans le dos, car elle dépasse allègrement les lignes jaunes partout, que ce soit dans sa vie privée, professionnelle ou amicale. Littéralement "sans filtre", elle étale ses frustrations sans se rendre compte du mal qu'elle sème autour d'elle...

    Petit à petit, elle finit par se rendre compte de ses dérives comportementales et entreprend de changer. Pour cela, elle pourra compter sur des amis fidèles, compréhensifs et peu rancuniers.

    J'ai lu récemment dans un forum que le cinéma français était mort. C'est faux, il est encore bien vivant et ce film en est une bonne démonstration ne serait-ce que par la qualité de ses interprétations et de ses dialogues. Quelque part, cette oeuvre cinématographique est aussi une véritable incitation au pardon envers ce qui nous ont offensés. (Amen).

    MA NOTE : 6/10

               

     

     

     

     

     

     

     


    2 commentaires
  • Les Ex (film, 2017)

     

    Crédit photo et vidéo : Radar Films

    Résumé : La vie de six parisiens hantés par les regrets avec leurs "ex" respectifs et dont les destins vont s'entrecroiser par hasard. Reprise française du film italien "Ex" (2009).

     

    Ce film partait avec un "à priori" bienveillant de ma part étant donné les abords plutôt sympathiques de la bande annonce.

    De plus et en général, j'ai toujours eu tendance à apprécier les qualités comiques de Jean Paul Rouve et Arnaud Ducret. Néanmoins, ce film a été une énorme déception et j'ai bien failli arrêter de le visionner au bout de quelques minutes seulement.

    L'une des toutes premières explications à cela, c'est que l'humour est souvent déplacé ("le must" restera les fous rires lors d'un enterrement !) quand il ne racle pas les fonds de cales (le pet d'un animal...).

    Deuxièmement, j'y ai vu une succession de généralités (qui n'en sont pas forcément) sur les "ex" ou les histoires d'amour passées de tout à chacun.

    J'ai trouvé également que les dialogues étaient parfois difficilement compréhensibles (en particulier l'accent québécois de l'un des personnages), que beaucoup de scènes étaient insipides et que les personnages sonnaient irrésistiblement "creux". (ces derniers se distinguant particulièrement par le manque de personnalité, se laissant bercer par les vents).

    Je n'aime pas particulièrement "tailler" ou déconseiller des films, mais bon, faut quand même pas "pousser mémé dans les orties" (sourires). Et puis, que serait un blog de critiques cinématographiques sans un regard objectif ?

                        MA NOTE GENERALE : 3,5/10 

                          

     

     


    2 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires