• Génération War (Série, 2013)

    Crédit photo et vidéo : ZDF

     

    Résumé : Le quotidien de cinq jeunes allemands (deux femmes et trois hommes) qui se promettent des retrouvailles un an plus tard pendant la seconde guerre mondiale...

     

    Une mini-série (3 épisodes) dont l'idée de base est très originale :  nous dépeindre certains aspects de la seconde guerre mondiale sous le prisme de jeunes allemand(e)s très liés par l'amitié. Entrainante et quelquefois très rude, cette histoire nous fera suivre l'itinéraire d'une infirmière derrière le front, d'une chanteuse (qui use de son charme auprès du régime) et de son petit ami juif, ainsi que de deux frères engagés dans une compagnie d'infanterie allemande sur le front russe.

    Premier point, primordial, ces jeunes allemands ne sont pas particulièrement intéressés par la politique et se bornent à croire les informations qui leur sont délivrées par la propagande nazie. Autrement dit, ils laissent l'impression d'être entrainés dans une sorte de spirale infernale.

    Seconde observation, l'alternance entre ces cinq tranches de vie est suffisamment régulière pour que les épisodes puissent quand même plaire aux deux sexes. C'est un avantage indéniable est une rareté sur le petit écran, car cette période sombre est souvent représentée par des films/séries versant uniquement dans un genre particulier (romance, guerre, espionnage et plus rarement le fantastique).

    Les états d'âme des personnages sont représentés sans excès de sentimentalisme, et quand ils le sont, les urgences du quotidien reprennent systématiquement le dessus : ces personnes affrontent manifestement la dure réalité de la guerre avec un sens aigu des responsabilités, qu'ils soient dans la croix rouge ou l'infanterie.

    Les amateurs de films de guerre apprécieront les scènes de combat (saisissantes de réalisme). Les autres se réjouiront sans doute d'une romance en toile de fond, du suspens âprement ménagé, de la grande variété des personnages et des scènes de tournage. De quoi tomber en admiration devant tant de bonnes volontés cinématographiques.

     MA NOTE GENERALE : 8/10

            

     


    votre commentaire
  • Electric Dreams (série, 2017)

    Crédit photo et vidéo : Channel 4, Amazon vidéo

    Résumé : Cette coproduction anglo-américaine adapte au petit écran des nouvelles de science fiction de Philippe K. Dick (auteur bien connu des amateurs du genre).

     

    Lancés par un générique envoûtant (voir ci-dessous), les épisodes de cette série de science-fiction sont assez irréguliers d'un point de vue qualitatif.

    Ce qui est surtout susceptible de décevoir, ce sont les touches finales d'une bonne partie de ces épisodes, qui, sans vouloir en dire plus, nous laissent un petit goût d'inachevé dans la bouche.

    En sus, le fil narratif est assez lent, ce qui est largement compensé par le très grand soin apporté à la conception des scènes, sans compter la présence de guest-stars qui "mouillent la chemise" et crédibilisent fortement l'ensemble.

    Autre caractéristique que l'on peut, au choix, aimer ou détester, l'omniprésence du kitsch dans les décors ou l'habillage des acteurs (assez logique finalement puisqu'il s'agit de l'univers SF des années 60 de l'auteur des nouvelles, Philip K. Dick).

    Je tire mon chapeau aux concepteurs qui ont eu le mérite de vouloir se lancer dans cette adaptation, sachant qu'elle allait forcément nécessiter un budget conséquent.

    Dans tous les cas et même si certains épisodes peuvent être jugés décevants (en comparaison d'autres qui sont très relevés), Electric Dreams est une série qui porte bien son nom et qui fera travailler notre imagination à plein régime.

    MA NOTE GENERALE : 6,5/10

     

     

     


    2 commentaires
  • Wolf Creek (Série, 2016)

    Crédit photo et vidéo : Greg Mc Lean, Stan

     

    Résumé : un sérial killer écume l'Australie à la recherche de ses proies...Mais parfois, le traqueur devient traqué, non seulement par la police locale mais aussi par d'anciennes victimes revanchardes.

     

    Paysages désertiques, vies spartiates et situations cornéliennes/dramatiques, voilà ce qui vous attend dans cette série qui m'a rappelé les aspects les plus rudes de "The Walking Dead", surtout pour son côté survie en milieu hostile. Ames sensibles, s'abstenir impérativement...Quant à aux autres, bienvenue dans un monde sauvage et implacable, qui revient parfois à faire de l'homme un animal comme les autres, incité par la nature à conserver ses plus bas instincts de primates.

    Le mélange du glauque, du dérangeant et de l'horreur forme un cocktail assez captivant dans cette production, d'autant qu'elle nous renvoie à des milliers de kilomètres du confort douillet de nos vies citadines.

    Le scénariste, sacrément doué, utilise souvent la suggestion (images de chaines, "flashs" du tueur, etc...) pour communiquer l'angoisse au téléspectateur. Si vous aimez "the walking dead" et que vous êtes en plus un grand fan de "Koh Lanta" (voire même fan de trail), vous ne pouvez pas passer à côté de cette composition spécialement concoctée pour vous. Notez que Wolf Creek est un spin-off des films Wolf Creek 1 et 2, et que cette série n'est disponible pour l'instant qu'en version originale sous titrée.

    MA NOTE  GENERALE : 7,5/10

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     


    2 commentaires
  • Absentia (série, 2017)

    Crédit photo et vidéo : Altice Studio, AXN, Gaia Violo, Matt Cirulnick

    Résumé : une ancienne membre du FBI disparait mystérieusement et réapparait 7 ans plus tard dans un état physique et psychologique déplorable...

     

    Encore une, me disais-je, en lisant le pitch. Encore une personne frappée d'amnésie et qui découvre son passé avec seulement quelques indices en main...

    Au premier abord, le scénario ne m'inspirait pas du tout et j'écartais systématiquement cette série de mes premiers choix, tant le cinéma me parait avoir déjà largement surexploité le filon de l'amnésie totale, de Jason Bourne à Blindspot.

    Et puis, je me suis retrouvé au fond du gouffre cinématographique... Pas une série de qualité sous la main, pas un film en vue, rien. "La dèche" totale, vous dis-je, une disette à en pleurer à chaudes larmes devant son écran.

    Avant de débuter Absentia, un petit tour par Allociné me rend un peu fébrile : avec une note de 2,5/5 décernée par les téléspectateurs, la série n'a pas de quoi pavoiser. Mais Absentia a une particularité de taille par rapport à d'autres oeuvres cinématographiques dans lesquels évoluent des amnésiques, son héroïne principale, qui souffre de cette pathologie, va découvrir que l'homme dont elle partageait la vie auparavant a refait sa vie avec une autre femme.

    De plus l'héroïne va chercher ce qui la relie exactement à un tueur en série qui semble prendre un malin plaisir à la faire tourner en rond. Captivante de bout en bout, cette série m'a vraiment enthousiasmé. J'ai bien peur  qu'une saison 2 ne puisse atteindre le niveau de la première...

    MA NOTE GENERALE : 8,5/10

     

     

     


    2 commentaires
  • Beau Séjour

    Crédit Photos et vidéos : Arte, Netflix, Nathalie Basteyns, Kaat Beels

    Résumé : Une jeune femme (Kato) se réveille dans la chambre d'un hôtel (le "beau séjour"), en Belgique. Elle se rend compte qu'elle n'est plus qu'un fantôme en apercevant son corps ensanglanté gisant dans la baignoire. Passé le cap de la surprise, elle va devoir mener l'enquête sur sa propre mort avec quelques alliés du côté des vivants...

     

    Beau séjour surprend agréablement avec des moyens financiers qui étaient manifestement assez limités. En effet, n'attendez pas d'acteurs extrêmement connus ni d'effets spéciaux ébouriffants dans cette série.  

    Si le pari est réussi, c'est surtout qu'elle est un vrai délice sous un angle purement scénaristique tant les rebondissements sont âprement ménagés. Le déroulé de l'enquête est juste parfait, à l'image de la partition livrée par les acteurs.

    Le côté surnaturel n'occupe finalement qu'une place très relative dans ce qui s'apparente plutôt à un thriller enlevé dans une atypique bourgade belge.

    Les personnages principaux sont tous des antihéros qui ne peuvent que trouver aisément sympathie ou empathie au fil des épisodes. Beau séjour, c'est un peu "du cousu main" cinématographiquement parlant, mais du cousu main de qualité réalisé avec un savoir faire indéniable pour le plus grand bonheur des téléspectateurs.

    Une série qui mérite vraiment le coup d'oeil, même si l'on peut se poser des questions légitimes sur l'intérêt d'une deuxième saison, la première bouclant cette enquête de fond en comble avec brio.

     

    MA NOTE GENERALE : 7,5/10 

     

     

     


    7 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique