• Vol 93 (film, 2005)

    Crédit photo et vidéo : StudioCanal, Universal Pictures

     

    Résumé : reconstitution en temps réel des 90 minutes des attentats du 11 septembre 2001, et en particulier du vol 93, le seul à ne pas avoir atteint sa cible en raison de la révolte de ses passagers. 

     

    On peut parler ici d'un film hommage, puisqu'il a été entièrement réalisé avec l'accord et la collaboration des familles des victimes du vol 93. Par ailleurs, il faut souligner qu'une partie de la recette du film a été versée à un mémorial dédié au vol du même nom, en Pennsylvanie.  

    La reconstitution apparaît comme assez minutieuse, l'on sent qu'un travail de fond a été mené en amont pour qu'aucun des éléments rapportés dans cette production ne soit inventé ou romancé. 

    C'est justement le gros travers de ce film, qui procure parfois la sensation d'assister à un documentaire, une impression confortée par le casting plutôt maigrelet (pas de star majeure d'envergure internationale mais quelques acteurs prometteurs).

    Aucune scène d'action ne se profile avant une heure, ce qui peut sembler un peu long, d'autant que l'on assiste pendant cette fameuse heure à un condensé des événements qui se sont déroulés dans les tours de contrôle et les salles de commandement de l'armée de l'air.

    Fort heureusement, le réalisateur Paul Greengrass (à qui l'on doit notamment Jason Bourne et la vengeance dans la peau) parvient à faire monter graduellement le stress chez le téléspectateur lambda, qui se trouvera parfois perdu ou décontenancé par l'usage du jargon aérien ou militaire.  

    Pour la petite histoire, les acteurs jouant les terroristes ont été complètement séparés du reste du groupe en dehors du tournage, ce qui a permis (avec un certain succès) de reproduire à l'écran le degré de frayeur et d'hostilité qui devait régner entre les pirates de l'air et les passagers. 

    Tout le monde ou presque connait le final. Vol 93 n'apporte aucun éclairage nouveau à cette histoire tragique, mais le jeu parfait des acteurs et l'atmosphère recréée par le réalisateur constituent à eux seuls un bel hommage au courage des ces passagers. Dur et poignant.

     

    MA NOTE GENERALE : 6/10

      

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

  •  

    Ghostland (2018)

    Crédit photo et Vidéo : 5656 Film

     

    Résumé : Pauline et ses deux filles partent à la découverte d'une maison isolée dont ils viennent d'hériter d'une tante. Dès la première nuit, des inconnus pénètrent dans cette habitation et Pauline devra lutter pour sauver ses deux filles.   

     

    C'est l'histoire d'une femme (incarnée par Mylène Farmer, plutôt bluffante !)  et de ses deux filles adolescentes qui se dirigent en voiture vers une vieille demeure isolée dont ils viennent d'hériter. Chemin faisant, ils croisent un camion au comportement étrange où l'on ne devine que deux silhouettes relativement inquiétantes...

    Lorsque la visite de la vieille demeure s'opère enfin, c'est l'heure des premières frayeurs...Car l'aspect lugubre de cette bâtisse rappelle inévitablement les beaux jours d'un grand classique (Amityville). Les premières secousses émotionnelles seront légères : "des mises en bouche" destinées à nous mettre en appétit avant le grand cauchemar qui s'annonce.

    Puis l'enfer se déclenche soudainement. Dans Ghostland, les cadrages suggèrent d'abord la monstruosité, la difformité des êtres de chair et de sang, bien réels, qui s'en prennent aux occupants de cette maison.

    La violence inouïe se marie avec l'horreur sans transition vraiment marquée. Les agresseurs, eux, sont sans doute les héritiers de massacre à la tronçonneuse, dont ils partagent allègrement le physique (sic), le mode de communication et le niveau de quotient intellectuel (...).

    La suite est beaucoup plus subtile. Une boucle narrative vient couper net cet élan de folie furieuse. Elle s'installe même tellement longtemps que l'on en vient à se poser la question de son intérêt...

    Cette parenthèse installe une douce routine et n'avait, à mon avis, pas grand chose à faire dans ce film car elle casse complètement le rythme endiablé qui s'était installé jusqu'alors.  

    Voilà pour le scénario, qui reprend énormément de vigueur sur les 45 minutes restantes. Beaucoup de cris, d'émotions diffuses, de terreur dans des cadres qui inspirent le malaise ou l'effroi, à grand renfort de jouets et de peluches repoussantes sélectionnées pour leur laideur.

    Outre un scénario somme toute assez plaisant mais légèrement perfectible de mon point de vue, Ghostland réussit à créer une atmosphère particulièrement glauque grâce à son décorum, ses costumes et ses maquillages divins.

    Bien que ce voyage aux confins de l'horreur et de l'innommable touche au but (nous faire peur), il ne laisse guère le talent des acteurs s'exprimer pleinement, les enfermant dans un cadre trop exigu (limité aux expressions faciales, aux onomatopées, aux comportements).

    A déconseiller aux esprits sensibles.

     

    MA NOTE GENERALE : 7/10

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

  • Monster (film, 2003)

    Crédit photo et vidéo : Patty Jenkins

    Résumé : Le film s'inspire d'une partie du parcours criminel de la tueuse en série Aileen Wuornos, auteur d'au moins sept meurtres entre 1989 et 1990.

     

    Les films sur les parcours des sérials killers ont beau être très nombreux, très peu parlent des trajectoires criminelles des femmes tueuses en série.

    En voici un qui me tentait depuis longtemps, tant j'avais entendu parler de l'interprétation à contre courant de Charlize Theron...

    Complètement méconnaissable physiquement (bouffie, habillée sommairement et probablement affublée d'un dentier), Charlize Theron s'est parfaitement bien imprégnée des mimiques masculines de Aileen, cette jeune femme paumée qu'elle interprète, au point de parvenir sans difficulté à susciter souvent de la peur ou du dégoût.

    L'amour de sa vie (Selby) est incarnée par l'actrice Christina Ricci, plutôt à son aise quand il s'agit d'inspirer de la peine dans l'habit d'une jeune femme émotive et influençable.

    Aileen sera prête à tous les écarts pour lui assurer le train de vie dont elle rêve, quitte à la faire dériver un peu plus vers la marginalité.  

    L'intérêt principal du film est d'essayer de nous faire comprendre comment Aileen en est arrivée à tuer des hommes pour les dépouiller de leur argent. Si le spectateur lambda comprendra rapidement cet aspect de l'histoire et appréciera les prestations des deux actrices et en particulier celle de Charlize Theron, il restera néanmoins sur un sentiment d'inachevé dans beaucoup de domaines : manque de personnages secondaires, de points de vue strictement policiers ou journalistiques, d'approches psychologiques enlevées ou approfondies. 

    Le scénario a un côté "survol" trop synthétique, tout comme les dialogues, d'une sécheresse absolue. Au fond, Monster manque de beaucoup trop de piment pour rentrer dans les strates des oeuvres cinématographiques impérissables sur les criminels en série.

     

    MA NOTE GENERALE : 6/10

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

  •  Wind River (film, 2017)

    Crédit Photo et vidéo ; production Accacia Films Entertainment, Riverstone Pictures, Star Thrower Entertainment
    Synergics Films, Thunder Road Pictures

     

    Résumé : Une jeune femme d'une communauté indienne est retrouvée morte dans la neige, non loin de Wind River (Wyoming, Etats-Unis). Son corps est retrouvé par un chasseur/pisteur (Cory), qui fait appel à la police locale. Le FBI envoie alors une jeune enquêtrice sur place...

     

    Une femme court éperdument dans la neige, fuyant un danger que l'on ignore complètement, pendant que des phrases poétiques parlant d'un monde imaginaire, que l'on devine élaborées par elle même à un autre moment de sa vie, s'égrainent lentement en sourdine. Et puis ? Une première chute, difficile, et l'on perçoit qu'elle n'a plus beaucoup de force.  Après avoir parcouru quelques mètres supplémentaires, elle s'effondre ensuite définitivement dans ce froid polaire, et l'on voit poindre quelques gouttes de sang ici et là.

    Voilà pour la mise en bouche, énigmatique et prometteuse. C'est l'histoire aussi d'hommes qui vivent dans des conditions climatiques extrêmes et qui vont travailler conjointement avec une détective du FBI spécialement dépêchée sur les lieux pour résoudre l'affaire.

    Cela dit en passant, cette enquêtrice sacrément motivée va apprendre, parfois à ses dépens, la rudesse de la vie dans ces contrées reculées ainsi que les us et coutumes "des locaux", très éloignées de la vie habituelle qu'elle a pu connaître dans les mégapoles.

    Wind River (film, 2017)

     

    L'acteur Jérémy Renner (ci-contre à droite) avait le physique de l'emploi pour incarner Cory, l'un de ces hommes accoutumés à ces rudes conditions de vie. Dans ce rôle de chasseurs d'animaux devenu consultant du FBI, son interprétation ne pouvait être plus juste.

    Regard dur, phrases simples et chapeau vissé sur la tête, il incarne à lui tout seul l'image d'une certaine Amérique, habituée à marner pour gagner sa croûte.

     

     

     

    Wind River (film, 2017)

    C'est l'actrice Elizabeth Olsen qui lui donne souvent le change dans les répliques. Wind River n'aime pas les blablas inutiles et se concentre essentiellement sur ce qui est utile à l'enquête, usant seulement de quelques parenthèses émotionnelles pour creuser le vécu douloureux de Cory.

    Dans ce monde si rustre pour elle, l'on se dit immédiatement qu'elle se fera manger toute crue, elle qui n'est pas issue du sérail...

    Elisabeth Olsen n'avait pas un rôle évident à jouer ici, devant d'abord faire le dos rond, puis s'affirmer directrice d'enquête et accessoirement meneuse d'hommes dans un univers particulier qu'elle vient à peine de découvrir.

     

    A l'écran, Jérémy Ronner et Elisabeth Olsen forment l'un de ces duos, très complémentaire, dont l'ambition et hautement affichée : aller jusqu'au bout de ses idéaux de justice quoi qu'il advienne.

    Le scénario est si vivifiant que l'on ne voit vraiment pas s'écouler le temps (1h47) de ce polar glaciaire.

     

    MA NOTE GENERALE : 8,5/10

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

  • Tamara Kozo, directrice de casting

    Tout d’abord...Est-ce que tu peux nous expliquer concrètement d’où provient cette passion que tu nourris pour le cinéma? A quand remonte-t-elle du plus loin que tu puisses te souvenir?

     

    J’ai découvert le cinéma assez tard, il y a une dizaine d’années. J’ai commencé à travailler dans le cinéma sans en avoir rêvé, sans même savoir que c’était possible et sans être vraiment cinéphile. Je m’y suis intéressée en voyant les films se faire de l’intérieur, en étant au cœur de la fabrication. Au fil des années, j’ai observé les réalisateurs, leur manière de diriger les acteurs, mais aussi les techniciens : assistants réalisateurs, accessoiristes, décorateurs, costumiers, maquilleurs, et un peu plus tard je me suis mise à observer aussi le chef-opérateur, le travail de la lumière et de la machinerie.

    J’ai la sensation que tous ces moments passés sur les plateaux ont infusé en moi lentement mais surement, jusqu’au jour où j’ai eu à mon tour l’envie d’écrire et de réaliser. Je continue mon travail de casting mais entre chaque film, j’écris. C’est long, exigeant, mais passionnant.

     

    Je suis producteur, je veux faire appel à tes services de directrice de casting...Comment cela se passe-t-il concrètement?

    Tu prends ton téléphone et tu m’appelles ! (rire)

    Concrètement, tu m’envoies le scénario, tu me parles du film, de ses spécificités et si je suis partante et disponible, on travaille ensemble.

     

    Tu es réputée pour ton travail de casting effectué notamment pour «Au service de la France » (série, 2015), « Un Village Français » (série, saisons 3/4/5 2010-2014), « Le Bureau des Légendes » (série, saison 4 - 2018), « L’étudiante et M. Henri » (long-métrage d’I.Calberac) ou encore dernièrement les deux films de Grand Corps Malade et Mehdi Idir « Patients » (2017) et « La Vie scolaire » (2019) qui sort dans quelques jours, le 28 août. Pour toi, quelles sont les qualités indispensables d’un candidat pour passer l’épreuve du casting ? 

    Les acteurs qui réussissent leur casting sont ceux qui sont eux-mêmes. Ils servent le personnage avec ce qu’ils sont, sans chercher à prouver ni qu’ils sont bons acteurs, ni qu’ils ont compris ce qu’on attendait d’eux. Nous-mêmes, on a une idée de ce qu’on cherche, mais on continue à interroger le rôle et le personnage avec l’acteur.

    On ne cherche pas des techniciens du jeu, on cherche à voir la part d’humanité que l’acteur peut apporter, plus ou moins consciemment, au personnage. C’est dans ces moments que nous avons les plus beaux coups de cœur.

     

    Est-il déjà arrivé que des candidats craquent nerveusement lors des auditions ? Comment aborder ce problème ? Est-ce qu’il est déjà arrivé de «repêcher» des candidats ?

    Ca peut arriver qu’un acteur craque ou perde ses moyens, ce n’est vraiment pas le plus courant et c’est généralement à cause du stress et de la pression que l’acteur se mets lui-même. Je suis de l’école de la bienveillance. Je suis là pour accompagner l’acteur et l’aider à donner le meilleur de lui-même, certainement pas pour le déstabiliser. Dans ces cas là, on prends le temps d’évacuer le stress et de se recentrer sur ce pour quoi on est là : jouer !

    Au fil du temps, on voit les acteurs sur différents castings, pour différents rôles. Ce n’est pas parce qu’un acteur passe à côté de son casting une fois qu’il est à tout jamais banni des castings à venir. On travaille ensemble, sur le long terme.

     

    Sur le net, difficile de trouver des références concernant ta filmographie alors que tu es aussi souvent présentée comme une actrice, peux-tu nous en dire plus sur cet aspect de ta carrière ?

    Ahahah, non je ne peux pas. Tout simplement parce que je ne suis pas actrice, je ne l’ai pas été et je ne souhaite pas le devenir. Il m’est arrivé de faire une ou deux micro-interventions parce que ça dépannait le 1er assistant ou que le réalisateur me le demandait et que c’était hors-champs. Mon nom a été mis dans la case vide en face du nom du rôle, et internet l’a relayé. Mais ça ne fait pas de moi une actrice, loin de là !

     

    Quels sont tes projets futurs en matière cinématographique ?

    Je viens d’écrire et de réaliser un très court-métrage « 1 CONTRE 1 » pour le Festival Tapis bleu. Le film a remporté 3 prix : prix du jury, prix du public et prix de la meilleure interprétation masculine pour Hocine Mokando et Mahamadou Sangaré.

    Il commence sa vie en festivals, j’espère que beaucoup de gens auront l’occasion de le voir.

    J’ai écrit deux autres court-métrages que je souhaite réaliser prochainement, et je commence l’écriture d’un long-métrage, mais ça ce sera pour plus tard. Ca prends du temps, je ne souhaite pas griller des étapes. J’y vais marche après marche, mais j’y vais.

     

    Que pourrais-tu nous dire sur «La vie scolaire» qui donnerait envie de le voir au cinéma ?

    Il y a mille raisons d’aller voir ce film. Pour n’en citer que quelques-unes :

     

    -    Si vous avez aimé « Patients », vous allez adorer « La Vie Scolaire ». Ce n’est pas du tout le même sujet, ni le même univers, mais c’est le même ton. L’ambiance est à la vanne et à la punchline, le ton est léger sans éviter les émotions plus fortes, et le sujet est bien plus profond qu’il n’y paraît.

    -    Le film traite de thématiques sensibles sans être partisan et c’est sa force. On parvient à avoir de l’empathie autant pour ces jeunes de quartier drôles, attachants, insolents, égarés et parfois violents, que pour une équipe pédagogique concernée, motivée mais désabusée et impuissante face au système éducatif actuel. Le film nous permets de saisir les enjeux et les problématiques de chacun.

    -    Les acteurs sont bons, notamment des jeunes que vous allez découvrir puisque c’est leur 1er film.

    -   J’ai suivi l’équipe et les acteurs sur plusieurs avant-premières, l’accueil a été à chaque fois chaleureux et unanime. Au-delà de l’engagement affectif que je peux avoir pour ce film, c’est un bon film, c’est ceux qui l’ont vus qui le disent !

     

    A titre personnel, c’est un de mes meilleurs souvenirs de tournage. J’y ai fait le casting de la figuration et de quelques petits rôles. Depuis, je garde un lien avec les gens que j’ai rencontrés au Franc-Moisin, la cité dans laquelle on a tourné. C’est d’ailleurs là que j’ai tourné « 1 CONTRE 1 », mon court-métrage.

     

    Le milieu du cinéma vit-il toujours bien les critiques cinématographiques ? Quel est ton point de vue sur ces cinéphiles, même anonymes, qui peuvent avoir des opinions bien tranchés sur certains films ?

     

    On ne peut pas plaire à tout le monde et si ton œuvre est publique, il faut accepter qu’elle soit critiquée dans un sens comme dans un autre. Malheureusement, il y a parmi les cinéphiles qui partagent leurs avis, leurs sensations ou leurs analyses des films, certaines personnes particulièrement virulentes qui ont trouvé ici un endroit pour déverser leur aigreur. A la lecture de ces commentaires, certains n’ont parfois même pas vu les films. Je le regrette car ils sont une minorité et ils discréditent les observations des autres cinéphiles.

    Je vois ces pages de critiques comme un condensé d’énergies négatives et chronophages que je préfère laisser à ceux qui en sont les auteurs.

     

    Quels sont les films dont tu raffoles ? Quels sont ceux qui t’ont marquée dernièrement et pourquoi ?

     

    En comédie,  « Mes meilleurs copains » ou « La chèvre » sont des films cultes dont je ne me lasse pas. J’ai beaucoup aimé « Long shot », une comédie très réussie sortie cette année. J’aime aussi l’excès de Tarantino, la sensibilité de Klapisch, notamment son « Peut-être » dont je raffole. J’aime aussi « Enter the Void » de Gaspard Noé, « Inception » de C. Nolan, « Get Out » de J. Peele, « Old boy » de P. Chan-Wook, « Le fils de l’homme » d’A. Cuaron, mais aussi « L’armée des ombres »  de JP Melville, « Café de Flore » de JM Vallée , ou  « Le premier jour du reste de ta vie » de R. Bezançon.

    Ceux qui m’ont marquée dernièrement : Je suis fan de la série « The Handmaid’s Tale ». Elle réunit tout ce que j’aime : un concept fort, des enjeux puissants et des thématiques très actuelles. Par ailleurs, l’image et la mise en scène sont magnifiques, très esthétiques tout en servant le propos.

    J’ai beaucoup aimé « When they see us ». C’est une série bouleversante et révoltante.

    Au cinéma, mention spéciale pour « Parasite » de B. Joon-Ho : un thriller, de l’humour, un scénario hyper bien ficelé et surprenant, des acteurs excellents, une mise en scène où l’image parle d’elle-même, une lumière magnifique.

     

    Cette interview est maintenant terminée, à mon grand regret. Aurais-tu quelque chose à ajouter ?

     

    Juste Merci pour ton intérêt !

    Bonne journée et bonnes séances de cinéma à venir !

     

    Propos recueillis par Alexandre DUQUESNE.

    Tous droits réservés.

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire