• La critique ciné devenue bas de gamme ?

    La critique ciné devenue bas de gamme ?

     

    Il n'y a pas si longtemps, Quentin Tarantino se désolait du niveau de la critique cinématographique d'aujourd'hui...

    https://www.lefigaro.fr/cinema/tarantino-se-desole-du-niveau-des-critiques-de-cinema-aujourd-hui-20200601

    Pour moi, il n'a pas tout à fait tort... J'en vois déjà beaucoup sur Twitter ou Facebook, qui, lassés d'écrire "dans le vent" ne consacrent plus que quelques vagues appréciations écrites à un film quel que soit sa durée, ou jettent l'éponge faute de lecteurs assidus.

    Nous sommes aussi dans le monde de l'instantané. Les cinéphiles sont avant tout des consommateurs. Et les consommateurs veulent tout avoir, et tout de suite. La plupart des fans de films/séries préfèrent se fier à une moyenne de notation générale que de consulter des avis plus aiguisés, quand bien même ces écrits seraient agréables à lire... Ne me dites pas le contraire, cela m'est déjà arrivé ;-). 

    Peut-on d'ailleurs leur en vouloir ? ils sont dans l'urgence, à court de séries ou de films, et n'ont pas forcément le temps ni l'envie d'en savoir plus. 

     

                 Quel est avenir de la critique cinéma sous la forme écrite ?

     

    La critique "canal historique", c'est à dire sous format papier, se meurt. Sous le format de l'écrit, elle subsiste encore quand même sur la toile mais la profusion de Youtubeurs/Youtubeuses semble amorcer une tendance, qui je l'espère, n'est qu'un effet de mode.

    Je ne me résoudrai jamais à ce que la critique écrite s'éteigne. Je pense qu'il existera encore et toujours d'irréductibles gaulois qui s'échineront à la faire perdurer. 


    Là où Quentin Tarantino touche du doigt un problème majeur, c'est sûrement dans la forme.
     Trop cadrée/stéréotypée, la critique cinématographique peut devenir aussi lassante pour le rédacteur que pour le lecteur. 
    Permettez-moi cette confidence, il m'est en effet arrivé de me lasser, parfois, de ressentir comme un devoir de parler de tous les aspects d'un film. Le jargon cinématographique restant peu ou prou le même, le rédacteur peut avoir le sentiment de se retrouver prisonnier d'une cage littéraire.

    Cette cage, en tant que rédacteur, c'est à nous de l'ouvrir. "Ouvrez la cage aux oiseaux" disait une célèbre chanson. C'est à nous aussi de lutter pour que les critiques sous forme de montages vidéos ne finissent pas par achever définitivement l'écrit.
     
    Aux littéraires  d'innover, de construire de bâtir un monde nouveau des critiques cinématographiques écrites capables de rivaliser avec celles émises sous formes de montages vidéos.

     

     
     
    L' ECUEIL PRINCIPAL DE LA CRITIQUE ECRITE SUR INTERNET  : LE SEO

      

    Etant par ailleurs déjà webmaster d'un site de critiques ciné, j'ai la chance de pouvoir parler de ce que je connais, du moins en ce qui concerne la forme d'un article.
     

    Sur une plateforme de blogging comme celle-ci, par exemple, nul besoin de faire attention à la forme comme au fond...

    Ici, pas de SEO à respecter, vous écrivez comme bon vous semble...C'est d'ailleurs aussi pour cela que j'aime bien y revenir ;-)  

    Alors, le voilà, l'ennemi juré, le SEO, pour un littéraire pur jus qui se lance dans le grand bain de la création d'un site web. Pour les profanes qui ne savent pas ce que veut dire SEO, il s'agit simplement de respecter différents critères de lisibilité imposés par les moteurs de recherche.

    Si vous ne respectez pas ces critères de lisibilité ou si vous vous en éloignez trop, votre site sera mal classé, relégué dans les abysses de Google.  Ainsi, dans l'absolu, si vous ne respectez pas le sacro-saint SEO, votre site ne sera lu par personne. 

    Essayez d'être webmaster, vous verrez. Au début, c'est la soupe à la grimace, surtout quand vous aimez la liberté d'écrire. 

    En effet, le SEO vous impose par exemple de réduire vos phrases à 20 mots maximum, d'employer régulièrement des termes comme "parce que", "car", "donc", censés faciliter la lecture de vos articles.

    Et ce ne sont que quelques exemples, choisis parmi les plus contraignants. Tiens, c'est bizarre, le SEO me rappelle le titre d'un très bon film, "les sentiers de la perdition" (2002)... 

    « Westworld (saison 3)Le cinéma post-confinement »
    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    Tags Tags : , , , ,