• Le cinéma post-confinement

     

    Le cinéma d'après confinement

    Les cinémas commençaient à tirer la langue financièrement après un confinement aussi long et imprévu. Pour d'autres petits cinés de quartiers beaucoup plus fragiles, malheureusement, ce fut même le coup de grâce.

    Moi qui aime pourtant vagabonder à la recherche de pépites cinématographiques, j'ai vraiment du mal à retourner dans les salles obscures. Faudra-t-il m'y pousser ? je n'en sais rien. 

    Pourquoi ai-je du mal à y remettre les pieds ? Ce n'est déjà pas une question de tarif. Mes finances me le permettent largement, même si comme je le disais dans un article précédent, c'est de moins en moins donné pour tout le monde. 

     

    D'OU VIENT CE DENIGREMENT POUR LES SALLES OBSCURES ?

     

    Ce dénigrement peut être une question des sorties en salle, mais l'explication serait insuffisante.C'est l'été, il faut beau, on a déjà moins l'envie de se perdre dans les salles. Quitte "à claquer" quelques euros comme l'on dirait vulgairement, autant les utiliser pour une glace ou un rafraîchissement.

    C'est déjà l'explication la plus logique, la plus rationnelle. Mais elle n'explique pas tout non plus.  

    Non, il y'a sûrement une autre explication, plus profonde, qui tient peut être un peu de l'irrationnel ou du subconscient.

    Est-ce que ce diablotin, le coronamachin, (tiens, ça rime) n'influencerait pas notre choix quelque part. Est-ce qu'il ne trotterait pas, inconsciemment en chacun d'entre nous, l'idée qu'il faudrait éviter ce genre de lieu... histoire d'éviter un mauvais scénario ?

     

    RETROUVER LE PLAISIR D'ALLER VOIR UN FILM...

     

    Las, il va falloir que je me fasse violence pour aller voir un film... Je ne sais pas comment vous l'avez vécu, mais pour moi, le déconfinement a été source inépuisable de stupeurs. 

    Stupeur dans les magasins de vêtements et les modalités d'achat repoussoir...Stupeur devant le nombre d'enseignes fermant définitivement leurs portes, ce qui prouve que beaucoup n'avaient pas les reins si solides. Stupeur de devoir errer d'enseigne en enseigne pour trouver une simple imprimante. 

    Il y'a cependant une chose qui ne me surprend guère : la vie reprend progressivement son cours. Les gens reprennent manifestement du goût à faire certaines choses, comme aller au restaurant ou se retrouver autour de moments de convivialité. Et comme eux, je dois retrouver du plaisir à fréquenter les salles obscures !

     

     

     

    Mes derniers articles sur le quotidien du cinéma :

    https://www.lequotidienducinema.com/critiques/barbecue-comedie-populaire-avant-tout/

    https://www.lequotidienducinema.com/amazon-prime-video/rommel-un-pont-trop-loin/

    « La critique ciné devenue bas de gamme ?Le fondateur (film, 2016) »
    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    Tags Tags : , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :