• Résumé : dans les années 30, le commissaire Rath est muté de Cologne à Berlin, au sein du service des moeurs de la police allemande. Avec l'aide du lieutenant Bruno Wolter et de la sulfureuse Charlotte Ritter, il va se lancer dans une enquête au sujet de la production de films pornographiques émanant de la mafia russe.

    Le générique est troublant et possède un charme désuet, que certains compareraient sans doute à ceux de séries les plus connues des années 60 (chapeau melon et bottes de cuir, le prisonnier sont les premières qui me viennent à l'esprit) vu le penchant affirmé pour les couleurs kitsch et les formes géométriques imaginatives.

    Difficile d'estimer le degré de réalisme de cette série qui est censée représenter l'atmosphère de Berlin dans les années 30, mais il faut reconnaître qu'elle est profondément captivante, surtout si l'on a un petit faible pour l'histoire et les intrigues policières/politiques.

    Les costumes et les décors ont vite fait de nous convaincre, surtout lorsque des acteurs comme Volker Bruch (rappelez-vous la Mini-série Génération War dont vous pouvez lire ma critique ici) ou encore Liv Lisa Fries (Alias Charlotte Ritter, voir ci-dessous) jouent à ce niveau d'interprétation.

    Babylon Berlin (série, 2017)

    Complots, crimes et conspiration s'entremêlent des lieux mondains aux endroits infréquentables, et ceci au nez et à la barbe de la police allemande, elle même à la merci d'un pouvoir politique parfois dépassé ou corrompu jusqu'à la moelle.

    Une série allemande de toute beauté, qui explore les profondeurs d'une société en pleine décomposition, où aucun personnage n'est toujours tout blanc ou tout noir, et où tout le monde cherche à tirer son épingle du jeu...à ses risques et périls. De la haute voltige cinématographique, tout simplement. Bravo.

    MA NOTE FINALE : 7,5/10

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

  •  

    Working girls (série, 2012)

    Crédit Photo et Vidéo : CANAL +

     

    Résumé : le quotidien d'au moins six femmes en entreprise, de la PDG loufoque à la DRH nymphomane en passant par la secrétaire débordée par ses obligations familiales.

     

    Working Girl est un peu une émanation de "caméra café" en version féminine. La grande différence, c'est que cette série propose une plus grande gamme de situations comiques et de personnalités (qui vont de la nymphomane à la souffre-douleur) en entreprise, les réalisateurs se refusant de rester cantonnés à un lieu précis pour le tournage des scènes.

    Les scènes sont rapides et se présentent comme des sketchs (elles durent rarement plus de deux minutes), des scènes figurant dans des épisodes aux formats également très courts (qui ne dépassent jamais les 15 minutes).

    Ne regardez pas cette série si vous ne supportez pas le "pipi caca" et le grivois, c'est ici le fond de commerce principal des réalisateurs qui parient probablement sur une ouverture d'esprit maximale pour susciter le rire ou le sourire auprès du public, avec plus ou moins de succès au tournant.

    L'excellentissime humoriste Blanche Gardin fait une apparition remarquée et y a probablement affuté ses armes depuis le Jamel Comédy club où elle avait été découverte. Notons aussi qu'une quatrième saison est en cours de tournage, ce qui laisse présumer que l'audience est à la hauteur des espérances des producteurs.

    MA NOTE GENERALE : 5,5/10

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

  • Stella Blomkvist (série, 2017)

    Crédit photo : Eythór Jóvinsson

    Description : dans une Islande où règne un gouvernement qui pratique allègrement malversations et corruption, une avocate se retrouve impliquée dans une affaire d'état...

    Le synopsis fait assez saliver, surtout pour ceux qui aiment l'ambiance particulière des polars nordiques. Mais pour beaucoup de curieux, la désillusion sera probablement au bout du chemin : les promesses du pitch et du descriptif tombent rapidement en lambeaux au bout de quelques épisodes.

    Beaucoup trop de paillettes ont été jetées autour d'une avocate qui trouve toujours réponse à tout et ne parvient jamais à nous persuader du côté réaliste de son enquête.

    Archétype de la femme indépendante, Stella aime le whisky, l'argent facile, les cigarettes et le sexe. Un portrait féminin si explosif procurait déjà une odeur de soufre à cette jeune série...Une odeur qui s'évapore assez facilement, tant les dialogues manquent de hauteur et le scénario de profondeur.

    Soulignons aussi une autre pointe nocive : une bande sonore inadaptée et trop criarde.

    Pour résumer, dans cette série, l'Islande fait un peu penser à une bourgade où l'on rencontre le premier ministre au café du commerce en lui tapant sur l'épaule ...Tout est simpliste, simplifié à l'extrême, au point que le spectateur un peu plus futé que la moyenne peut avoir la sensation d'avoir été piégé...

    MA NOTE GENERALE : 4/10

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

  •  

    Nu (série, 2018)

    Crédit Photo et vidéo : OCS, Olivier Fox

     

    Résumé : Nous sommes en France, en 2026...La nudité est devenue la norme et le port des vêtements est proscrit. Un ancien membre des forces de police se réveille dans ce monde nouveau, après plusieurs années de coma artificiel...

     

    Une série, qui, comme son titre l'indique, tente de briser les tabous sur la nudité à travers une vision osée du futur de notre pays.

    Dans cette projection futuriste, la France serait transformée en un immense camp de nudiste permanent grâce à une loi baptisée "liberté, égalité, nudité"...

    Dans ce futur, le fait d'être "tous à poil" (au quotidien, tant qu'à faire) suffirait à nous garantir l'inutilité des plans "Vigipirate" et autres mesures de sécurité exceptionnelles. Déjà pas si évident à envisager comme postulat de départ, même au second degré !

    Quelques acteurs sembler rechercher un second souffle pour leurs carrières dans le septième art (je pense en particulier à Alain Bouzigues, le fameux homosexuel de caméra café, pour ceux qui ont connu) en se prêtant à ce jeu plutôt culotté (passez-moi l'expression) de tourner entièrement nu...

    Il n'en reste pas moins que la série manque singulièrement de subtilité et de réel intérêt humoristique dès ses premiers épisodes. Tout juste pourra-t-on sourire à certaines situations, mais guère plus, tant il manque de matière à ce fragile édifice cinématographique.

     

    MA NOTE GENERALE : 4,5/10

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

  • Safe (Série, 2018)

    Crédit photo et vidéo : Red Production Company, C8, Netflix

     

    Résumé :  Tom, chirurgien de son état, peine à se remettre de la mort de sa femme. Pour ne rien arranger, l'une de ses deux filles disparait dans des circonstances troublantes. Déterminé à retrouver sa fille, Tom va mener sa propre enquête après avoir alerté la police locale. Il va aller de surprise en surprise sur son entourage.

     

    Retrouver l'acteur Michael C. Hall dans une série semble un peu irréel. Manifestement marqué au fer rouge dans le milieu cinématographique par son rôle de psychopathe dans Dexter, il ne demandait pas mieux qu'à interpréter un "type normal". (Voir une interview intéressante de lui ici).

    C'est maintenant chose faite dans "Safe" où il incarne brillamment Tom, le personnage principal. En tant qu'acteur, il démontre ainsi que les refus peuvent être les meilleures réponses à des propositions de rôles inadaptées. Toujours aussi dynamique et expressif, il est non seulement le véritable moteur de la série mais aussi le garant de sa réussite.

    Autre divine surprise d'un casting assez judicieux, la présence d'une française : Audrey Fleurot. Les fans de Kaamelott reconnaitront sans doute "la dame du lac" qui a parcouru bien du chemin depuis, au point de ravir un rôle de premier plan en anglais très convoité par d'autres actrices. Elle tire d'ailleurs assez bien son épingle du jeu, confirmant les espoirs qui étaient placés en elle.

    Mais le plus exaltant, selon moi, est l'évolution du scénario, qui m'a souvent rappelé la théorie de "l'effet papillon". (le battement d'ailes d'un papillon au Brésil peut il provoquer une tornade au Texas ?)

    Car petites causes et grands effets sont souvent sur l'étal de Safe. Des choses insignifiantes ou basiques peuvent revêtir une importance capitale dans la résolution d'un mystère où au moins trois affaires semblent étroitement imbriquées.

    Les réalisateurs claironnent à qui veut bien l'entendre qu'il n'y aura qu'une seule saison. Si les fans cardiaques survivent jusque là... La série passe en ce moment sur la chaîne (gratuite) C8. Et des séries aussi palpitantes de cette qualité, on en redemande.

    MA NOTE GENERALE : 7,5/10

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It




    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique