•  

    Counterpart (Série, 2018)

    Crédit photo et vidéo : Starz, OCS Max

     

    Résumé : Howard Silk est employé à des tâches subalternes dans un bâtiment berlinois de l'ONU. Sa carrière est au point mort et sa femme est dans le coma...Mais sa vie va changer : il va découvrir que sous le bâtiment où il travaille, se cache un portail vers une sorte de monde parallèle où chacun d'entre nous possède un double de lui même...

     

    Une série qui peut apparaitre un peu tristounette ou austère au premier abord. En effet, l'on ne compte plus les bâtiments gris et peu engageants, les conditions météorologiques capricieuses (Pluie/brouillard/nuit/temps couvert), les accessoires et costumes classiques et sombres. Le but recherché est de nous rappeler l'atmosphère de la guerre froide, et c'est plutôt réussi, notamment en optant pour BERLIN comme lieu de tournage.

    Le personnage principal a la soixantaine "bien tapée" (Howard Silk interprété par l'acteur J.K Simmons), ce qui nous change un peu des bellâtres au corps d'Apollon généralement mis en avant dans la plupart des séries de ce type. 

    Il y'a de l'action, de l'espionnage, du contre-espionnage entre deux univers parallèles qui malheureusement se différencient trop peu...Il est assez courant de se demander, au hasard des scènes, où se situe exactement l'action (notre monde actuel ou l'autre ?) et qui est concerné. (l'être original ou "son double" ?)

    Le scénario se développe sur un tempo relativement lent,  ce qui ne l'empêche pas de surprendre régulièrement dans la plus grande simplicité, sans artifices visuels.

    Cette dernière caractéristique est un peu une constante de la saison 1 de cette série, qui a préféré nous intéresser au "vécu" des personnages principaux, quels que soient leurs mondes respectifs.

    Côté interprétations, les acteurs, J.K. Simmons en tête, font preuve d'une grande capacité d'adaptation.

    A mi-chemin entre James Bond pour l'élégance de sa partie action/espionnage et Derrick pour cette sobriété si habilement cultivée, Counterpart est une série de caractère qui prend son temps et sait ménager le spectateur.

     

    * MA NOTE GENERALE (SAISON 1) : 6/10

    * Dorénavant, les séries seront notées par saison, afin de mieux juger de leur qualité.

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

  •  

    Manifest (Série, 2018)

    Crédit Photo et vidéo : NBC, Citytv, Melissa Roxburgh, Joshua Dallas

     

    Résumé : En 2013, Les passagers du vol 828, reliant la Jamaïque à New York, subissent de fortes turbulences pendant le vol. A leur grande surprise, Ils sont accueillis par des services gouvernementaux des Etats-Unis (la NSA) sur le tarmac et ils apprennent que plus de cinq années se sont écoulées depuis le départ du vol...

     

    Après "The Crossing" (voir ici ma critique) qui ne connaîtra malheureusement jamais de saison 2, voici encore une histoire fantastique qui parle d'un saut dans le temps.

    Deuxième point commun avec "The Crossing", le fait de ne suivre qu'un noyau dur de 7/8 passagers du vol 828 qui doivent se réadapter à la vie après avoir "zappé" involontairement 5 ans des vies de leurs proches, tout en ayant jamais pris une ride...

    La comparaison avec "The Crossing" s'arrête là, car il est ensuite question de retrouvailles plus ou moins réussies, certains perdants au change quand d'autres y gagnent largement avec ce voyage temporel.

    Le potentiel de développement de cette histoire est ensuite infini, sous réserve de disposer d'un scénario cohérent et palpitant, ce qui ne s'avère jamais évident, en particulier dans le registre fantastique où beaucoup de choses ont déjà été réalisées.

    Dans le cas présent, le scénario semble avoir été bâti pour ne jamais s'essouffler et il se régénère avec une facilité stupéfiante, porté par un équilibre parfait entre une intrigue fantastique basique (les passagers du vol 828 semblent "connectés", mais personne ne sait pourquoi ni comment) et une approche psychologique intéressante des personnages principaux. (Ces derniers, confrontés à des situations parfois douloureuses qu'ils subissent par malchance ne manquent pas d'émouvoir).

    Si la réalisation tutoie la perfection, elle le doit aussi à des acteurs plutôt doués dont certains ont déjà fait leurs preuves dans quelques séries (Melissa Roxburgh et Joshua Dallas ci-dessous).

     

               Melissa Roxburgh 

    • 2012-2013 : Arrow (série télévisée) : Blake                                                                             
    • 2012-2014 : Supernatural (série télévisée) : Violet Duval / Lila Taylor
    • 2013 : Rita (téléfilm) : Grace
    • 2014 : The Tomorrow People (série télévisée) : Talia
    • 2015 : Une rentrée qui tourne mal (téléfilm) : Carly
    • 2016 : Legends of Tomorrow (série télévisée) : Betty Seaver
    • 2017 : Valor (série télévisée) : Thea, membre de la CIA
    • 2017 : American Gods (série télévisée) : Zorya Polunochnaya
    • 2017 : Travelers (série télévisée) : Carrie
    • 2018 : Manifest (série télévisée) : Michaela

     

    Manifest (Série, 2018)Manifest (Série, 2018)

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     Joshua Dallas

     

    Côté production, Robert Zemeckis (à la poursuite du diamant vert, Retour vers le futur, Qui veut la peau de Roget Rabbit, Forrest Gump, rien que ça !) s'est joint à l'équipe de "prod".

    Les effets spéciaux et autres images de synthèse sont utilisés parcimonieusement, ce qui est à signaler tant certaines productions ont la sale manie d'en abuser pour "plâtrer" les temps morts et flatter la rétine.

    Disponible uniquement en VOSTFR pour l'instant, prions les dieux de la cinématographie pour que Manifest ne baisse jamais de régime et puisse nous mener à un final de toute beauté.

     

    MA NOTE GENERALE : 8,5/10

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

  • True détective (série, 2014)

    Crédit Photo et Vidéo : HBO

    Résumé : Deux anciens inspecteurs (Rust Cohle et Martin Hart), interrogés par leurs confrères, dévoilent leur chasse à l'homme pour retrouver un tueur en série qui sévissait en 1995 en Louisiane.

    De la bonne vieille enquête à la "Columbo" sur un territoire de chasse vaste et rural.  Les deux détectives s'opposent constamment dans leurs méthodes d'investigations et leurs conceptions du monde, tant et si bien que cela donne des dialogues irrésistiblement caustiques.

    Il y'a assez peu d'action mais l'intérêt de cette série est ailleurs : c'est assez intéressant de voir ces anciens enquêteurs chevronnés confier les secrets de leurs petites vies à leurs collègues (affaires internes, FBI ?) tout en dévoilant des pans entiers de leurs investigations sur un meurtre qui a défrayé la chronique dans une bourgade paisible il y'a bien des années.

    Il faudrait être sans coeur pour ne pas se prendre d'affection pour eux ou ne pas les plaindre pour le rôle qu'ils endossent...Ce ne sont, au final, que des fusibles prêts à sauter s'ils ne trouvent pas le coupable dans les temps impartis définis par leur supérieur.

    En dévoilant leurs états d'âme à différents stades de l'enquête, ils démontrent aussi la rudesse de leur métier. Bien des questions fourmilleront dans la tête de ceux qui pousseront la porte des premiers épisodes. Qui peut bien être le tueur ? comment le trouveront-ils ? pourquoi ces inspecteurs sont-ils questionnés par leurs collègues aussi longtemps après ?

    Ma foi, tout cela est bien bavard, pas forcément toujours palpitant mais suffisamment intriguant pour que l'on ait envie d'en découvrir toujours un peu plus. Une série qui a sans conteste un charme suranné.

     

    MA NOTE GENERALE :  

    1ère saison : 7,5/10

    2ème saison : 3/10 (non achevée, désintérêt total)

    3ème saison : 8,5/10

     

     

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

  • Bodyguard (Série, 2018)

    Crédit photo et vidéo : BBC, NETFLIX

     

    Synopsis : C'est l'histoire d'un type qui se trouve dans un train avec ses deux enfants en bas âge...Mais pas n'importe pas quel train, puisqu'il est visé par un attentat terroriste, et pas n'importe quel type, puisqu'il s'agit du sergent David Budd, chargé de l'escorte de hautes personnalités. Propulsé sous les feux de la rampe malgré lui, il va être promu à la protection du ministre de l'intérieur. 

     

    De la tension permanente et des intrigues finement amenées sur le buffet de cette série qui cartonne outre-Manche. (voir cet article ici.)

    Le succès n'est pas pour autant assuré chez "les frenchy", mais il en prendrait le chemin que cela ne m'étonnerait guère au vu de ses qualités indiscutables.

    Les connaisseurs et les cinéphiles chevronnés se souviennent très certainement qu'un film du même nom était sorti en France en 1992, avec dans les rôles principaux Kevin Kostner et Whitney Houston.

    De mémoire, le film n'était pas mauvais mais cette série (qui n'est pas du tout inspirée du film) élève encore un cran plus haut notre aperçu du métier de garde du corps en explorant même d'autres aspects de celui-ci dans les sphères politiques.

    Le succès de cette série doit beaucoup à la personnalité de ce garde du corps, qui est un ancien combattant d'Irak (encore un au cinéma, me direz-vous) et qui porte encore les stigmates physiques et psychologiques de cette campagne.

    L'acteur Richard Madden (Série Games of Thrones dans le rôle de Roob Stark, 2011-2013) joue remarquablement ce personnage discret et très professionnel qui se bat pour conserver un tant soit peu son rôle de père après une séparation encore douloureuse.

    Ajoutez à cela qu'il ne partage pas forcément toutes les idées et les façons de procéder de sa patronne, et vous voyez déjà le dilemme de la loyauté qui pointe le bout de son nez.

    Les intrigues se déroulent sans à-coups, entrecoupées de scènes d'action justement dosées, tandis que notre dévoué garde du corps prend progressivement conscience du milieu de squales dans lequel il a mis les pieds.

    Si vous aimez les thrillers, les romans d'espionnage, l'action et les ressorts psychologiques, foncez sans tarder. De mon point de vue, Bodyguard a tenu toutes ses promesses par son scénario léché, ses scènes d'action d'une incroyable justesse et l'exposition régulière de ses personnages à des crises intérieures.

     

                                                        MA NOTE GENERALE : *7,5/10

     

    *ADDITIF : NOTE PORTEE A 8,5/10 APRES VISIONNAGE DU FINAL

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

  •  

    Barry (Série, 2018)

    CREDIT PHOTO ET VIDEO : HBO

     

    Résumé : Ancien combattant en Irak, Barry est un tueur à gages qui doit exécuter un énième contrat. Mais celui-ci ne va pas se passer comme prévu... La rencontre d'une troupe de théâtre va faire germer en lui une sorte de révélation et une possibilité de reconversion.

     

     

    Barry est un personnage vraiment atypique, qui emprunte à mon avis à deux personnages clés de films et de séries consacrés à des tueurs mythiques du petit écran. Le premier, c’est Léon, auquel il ressemble par son côté dépressif et solitaire de tueur à gages, qui, à bout de souffle, va découvrir une nouvelle vie possible au contact de nouvelles personnes.

     

    Deuxième source d’inspiration majeure, et non des moindres, le très regretté Dexter auquel il pique la ruse, les méthodes sans bavure et les capacités d’adaptation à n’importe quel environnement. Et même s’il se distingue de Dexter parce qu’il tue pour exécuter des contrats et non pas pour assouvir un besoin, le résultat final est équivalent : il suscite un fort capital sympathie auprès du grand public par le simple fait de devoir «liquider» des sales types.

     

    Dans Barry, les pires criminels sont des abrutis finis qui nous font rire malgré eux par leur stupidité et leurs accumulations de bévues.

     

    Le sel de cette série tient aussi à la fraîcheur de Sally (Sarah Goldberg, ci-dessous), actrice ratée devant l’éternel, et qui s’accroche encore et toujours à son rêve de devenir actrice malgré les épreuves.

    Barry (Série, 2018)

    Extrêmement touchante dans ce rôle d’élément déclencheur pour Barry, elle lui servira aussi de guide idéal dans ce monde inconnu du théâtre, lui prodiguant mille conseils avec beaucoup de patience et d’attention.

     

    L’humour est très second degré, et ce à tous les niveaux (On tape volontiers sur le milieu du banditisme, de la police, de la production cinématographique) et l’on parvient finalement à trouver son compte devant cette satire relativement bien faite de la société moderne.

     

    MA NOTE GENERALE (Saison 1) : 6,5/10

     

    Saison 2 : 7/10

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It




    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique