• You Me Her (Série)

    Crédit photo : Audience network

     

    Vous prenez un couple marié (BCBG), d'une trentaine d'années qui s'enlise dans la monotonie et une jeune étudiante escort girl occasionnelle qui va croiser leur chemin. Vous mélangez l'ensemble avec beaucoup d'amour, un brin de délicatesse et un peu de piment.

    A l'arrivée, vous obtiendrez forcément cette série qui chambarde complètement notre vision traditionnelle du couple, avec une touche glamour et un humour poussant parfois jusqu'au trash. Je dirais que cette série est presque irrésistible de sensualité et de drôlerie, tout en posant les bonnes questions des conséquences directes du polyamour. 

    Un trio amoureux peut-il s'aimer comme les couples classiques ? Quelles pourraient être les répercussions psychologiques consécutives au maintien coûte que coûte d'un triangle amoureux ? Quel jugement porterait l'entourage direct et indirect si ce "polyamour " venait à être affiché publiquement ?

    Au fond, peu importe que le thème soit si curieux, que l'histoire soit improbable et que les dialogues ne volent pas bien haut, car l'essentiel est là : le charme des premiers épisodes est tel qu'il est difficile de ne pas pousser la porte des épisodes suivants. Après tout, la nature humaine n'est-elle pas bien plus complexe qu'il n'y parait ?. Honni soit qui mal y pense !.

    Ce triangle amoureux, avec toutes ses qualités et ses défauts, vaut bien que l'on s'y attarde encore un peu, pourvu qu'il ne cesse de nous surprendre dans une deuxième saison qui en toujours en cours de production actuellement.

    On aime :

    - Un sujet brûlant traité avec légèreté (le polyamour)

    - le côté naturel des personnages

    - Le format de la série (moins de 32mn par épisode)

    - le physique des deux actrices principales (il faut bien l'avouer !)

     

    On aime moins :

    - les voisins inquisiteurs (trop caricaturaux)

    - les jurons à profusion dans certaines scènes

    - des dialogues qui auraient pu être mieux travaillés

     

    MA NOTE GLOBALE (Saison 1) : 6/10

    Saison 2 : 5,5/10

    Saison 3 : 5/10

    Saison 4 : 5/10

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

  •  

    Ordure !

    Crédit Photo :

     Steel Mill Pictures, Logie Pictures,

    Egoli Tossell Film,Entre Chien et Loup

    Film i VästFilmgate Films

    Maven Pictures

     

    Le titre laissait déjà présager une comédie totalement déjantée...Et c'est bien ce qui nous attend dès le départ. Le pitch ? nous sommes en Ecosse, où Bruce Robertson (James McAvoy) exerce la profession de policier en tant que sergent. 

    Le moins que l'on puisse dire, c'est que ce personnage cumule les tares. Parmi ces dernières, citons notamment sont goût prononcé pour la corruption, la cocaïne, ou encore la manipulation. Avec ces légers handicaps (doux euphémisme !), figurez-vous qu'il est en course pour obtenir une promotion au rang d'inspecteur. 

    La trame du scénario, c'est justement cette quête de promotion professionnelle, qui passe par la résolution d'une affaire criminelle d'une simplicité élémentaire. 

    Passé la première demi-heure et quelques sourires arrachés (de justesse), évoquons sans détour les défauts majeurs cette oeuvre : un humour qui oscille entre le vulgaire et l'incongru, un personnage principal trop détestable pour que l'on s'y attache, une foultitude de situations grotesques.

    Tout n'est toutefois pas à jeter aux orties, mais le film, à mon sens, rate son objectif principal : nous faire passer un bon moment. 

    On aime :

    - L'idée de scénario

    On aime pas :

    - le personnage principal (c'est quand même gênant !)

    - L'humour, souvent en dessous de la ceinture et nauséabond

    - le côté peu attachant des autres personnages

     

             MA NOTE GLOBALE : 3/10

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

  • L'étudiante et M. Henry

    Crédit Photo : STUDIOCANAL

     

    M. HENRI (Claude Brasseur) est un veuf asocial est ronchon vivant seul dans un confortable appartement parisien. Non sans mal, il accepte l'idée de son fils de louer une chambre inoccupée de cet appartement.

    La vie de M. HENRI va être chamboulée de fond en comble avec l'arrivée d'une étudiante dans cette chambre (Noémie Schmidt, alias Constance, épatante dans ce rôle), qui ne fait qu'échouer dans tout ce qu'elle entreprend.

    Non seulement M. HENRI ne se montrera pas conciliant avec cette nouvelle venue lorsqu'elle aura des problèmes d'argent, mais en plus, il va user d'un stratagème  : lui proposer de briser le couple de son fils (Paul) en échange de son hospitalité.

    Tiré d'une pièce de théâtre, ce film est surprenant à plusieurs titres. Premièrement, il fait émerger une actrice en devenir, Noemie Schmidt, parfaite dans le rôle. Le pari était osé et a été couronné de succès.

    Deuxièmement, le film évite soigneusement de tomber dans les travers des comédies françaises, c'est à dire cette fâcheuse tendance à en faire trop ou pas assez dans un domaine, de trop miser sur de bonnes vieilles ficelles vaudevillesques. Il est dans cette juste mesure qui fait de lui un OVNI du genre dont il est difficile de deviner la fin.

    En clair, à mon sens, si cela n'est pas un chef d'oeuvre pour les fines bouches, cela y ressemble fortement sur la forme et le fond.

    On aime :

    - Le jeu des acteurs (mention spéciale au trio Brasseur, Schmidt et de Tonquédec)

    - La trame de l'histoire, qui rend les personnages attachants

    - Le ton général de cette comédie.

    On aime pas :

    - difficile d'y trouver à redire. Peut être le rôle de "la cruche" (femme de paul, incarnée par Frédérique Bel) un peu trop stéréotypée mais tellement hilarante.

     

    Note globale : 9/10

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

  • THE MAN IN THE HIGH CASTLE : la claque historique

     

    Crédit vidéo : Amazon

     

    Plantons le décor : nous sommes dans les années 60, et l'axe a gagné la seconde guerre mondiale. 

    Que serait la vie courante sous le joug des japonais et des nazis ? un aperçu (ébouriffant) nous est fourni ici. L'Amérique est ainsi découpée en trois morceaux (Une zone nazie, "une zone neutre" et une zone nippone, ce qui n'est pas sans nous rappeler, à nous, français, de mauvais souvenirs...)

    Un groupe de résistants se bat bec et ongles contre l'occupant, et doit convoyer d'étranges bobines de films "au maître du haut château", figure de proue de cette résistance.

    Les acteurs y croient manifestement beaucoup et nous aussi. Les décors sont soignés, l'intrigue est omniprésente, l'ensemble se tient parfaitement et reste plausible au point d'être fascinant et angoissant. 

    Pour une première d'Amazon, c'est "du lourd", du "très très lourd", malgré une entame que l'on peut trouver relativement poussive.

    Notons que pour les deux premières saisons, c'est le réalisateur Ridley Scott (Gladiator, Blade runner, etc) qui était à la baguette pour cette adaptation d'un roman uchronique des années 60. 

    Souhaitons que la troisième saison (prévue en fin d'année) soit à la hauteur des deux premières saisons ! 

     

    On aime : 

    - Le jeu excellent des acteurs

    - Le suspens haletant à la fin de la deuxième saison

    - Le souci du détail dans les décors et les vêtements

    - le côté antihéros de certains personnages

    On aime moins :

    - les parenthèses temporelles trop longues

    - le manque parfois criant de paysages naturels

     

                                               MA NOTE GENERALE : 9/10

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

  • crédit photo : Showtgime

                                                          CREDIT PHOTO : SHOWTIME

     

     

    Je consacre cette toute première critique à une série pour l'instant trop méconnue à mon goût : "the affair". 

     

    "The affair", c'est l'histoire d'un professeur (Dominic West, alias Noah Solloway dans la série) qui part en vacances avec femme et enfants à Montauk, une charmante petite ville côtière à quelques encablures de New-York.

     

    Le couple se complaît apparemment depuis plusieurs années dans une petite vie "pépère" que rien ne semble pouvoir bousculer.

     

    Jusque là, me direz-vous, rien de très enthousiasmant... Sauf que, justement, la route de notre cher professeur va croiser celle d'une charmante créature incarnée par Ruth Wilson (Alison Bailey), laquelle lui fera rapidement tourner la tête dans un cadre idyllique.

     

    Entre amour, mensonge, passion, sexe et trahisons, la série va ensuite pencher entre le psychodrame familial (au sein du couple de Noah) et le thriller (une mort étrange survenant dans l'entourage de ce couple illégitime).

     

    Petite particularité quand même qui fait l'originalité de la série, toute cette histoire est segmentée en deux versions par épisodes, versions délivrées par les deux tourtereaux pendant une bonne partie de la première saison.

     

    Bref, tous les ingrédients sont là pour nous faire passer un très bon moment !

     

     

    On aime dans cette série :

     

    - Les paysages de Montauk (sublimes) qui donnent des envies de vacances

     

    - Le côté "Monsieur et Madame tout le monde" des acteurs, loin des stéréotypes 

     

    - Les scènes érotiques qui pimenteront votre vie de couple (au moins une ou deux à chaque épisode!)

     

    - Le côté puzzle du scénario

     

    - Le fait de pouvoir regarder cette série en couple (même si c'est un plaidoyer contre la famille nombreuse !)

     

    On aime moins :

     

    - Se creuser la tête entre les ellipses temporelles

     

    - Certaines situations qui évoquent malheureusement la défunte série Dallas (!)

     

    - L'indécision chronique de certains personnages (mais après tout, n'est-ce pas propre à la nature humaine de s'interroger ?)

     

     

    MA NOTE GENERALE : 6,5/10

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It