• KLEO (Série, Netflix, 2022)

    Après la chute du mur de Berlin, une ancienne espionne de la STASI cherche à se venger des responsables de son emprisonnement... 

     

    KLEO (Série, Netflix, 2022)

    Crédit photo et vidéo : NETFLIX

     

    des accents prononcés de Tarantino dans KLEO

     

    La toute première chose qui saute aux yeux, avec KLEO, c'est son générique très tarantinesque. Songez d'abord à une figure féminine austère engoncée dans un uniforme de l'allemagne de l'est et figée dans une fresque. Après un air stalinien et un plan plus large, quatre lettres majuscules, floquées de rouge, se voient transpercées de 2 balles. Cela ne vous évoque rien ?

    Kleo est un pur produit de l'Allemagne de l'est. Elevée avec un grand père haut dignitaire du régime, comment aurait-il pu en être autrement ? après une formation spécifique, KLEO deviendra un agent secret émérite en exécutant toutes ses missions avec efficacité.

    Mais comme beaucoup de personnages majeurs de Tarantino, on la sent parfaitement capable de se venger ou de changer radicalement de bord suite à un coup du sort... Un coup du sort qui interviendra assez tôt dans la série. En effet, KLEO, trahie par ses camarades, sera jetée en prison comme une malpropre. Mais qui en a donné l'ordre et pourquoi ?  tel est le fil directeur du scénario.   

    Nous sommes dans les années 90. La RDA vit ses dernières heures, tout comme le mur de berlin. Et KLEO, toujours prisonnière pour une raison qu'elle ignore, voit arriver sa libération du jour au lendemain. KLEO a soif de vengeance et de réponses à ses questions...C'est pourquoi elle part en croisade alors que le régime qui l'a vue naître s'écroule littéralement.

     

    Des efforts conséquents de reconstitution historique

     

    Dans KLEO, rien n'a été laissé au hasard. Il faut vraiment être fin connaisseur pour y déceler visuellement quelques fautes de goût historiques. Des cabines téléphoniques aux batteurs à oeufs, tout est scrupuleusement d'époque. Cela fleure bon la nostalgie, surtout lorsque des termes oubliés comme "la trabant" (voiture est allemande) reviennent sur le devant de la scène.

    La déliquescence du régime est allemand est là pour rappeler aux jeunes générations qu'en politique, rien n'est immuable. KLEO est quelque part aussi une belle leçon d'histoire disponible en streaming. La série pourrait très bien être utilisée à des fins purement pédagogiques, juste pour  démontrer qu'en des temps anciens, il existait deux Allemagne... Et de prouver à quelle point ces deux nations avaient des modes de vie diamétralement opposés.  

    KLEO (Série, Netflix, 2022)

    Ce qui est vraiment appréciable dans KLEO, c'est cette approche historique assez fidèle, qui ne s'embarrasse guère de considérations politiques pour se concentrer sur l'essentiel. KLEO est un personnage purement romanesque, même si nous aurions sûrement aimé qu'elle existe vraiment. Mais sa façon de vivre cette époque de bouleversements majeurs est proprement fascinante.

     

    Du sang, des larmes, et une loufoquerie constante

     

    Cette série aurait pu définitivement nous enfermer dans la grisaille de l'ex RDA. Au lieu de cela, elle nous emmène dans les iles canaries et l'Amérique du sud, ce qui dénote la volonté d'apporter une certaine richesse scénaristique. C'est cette faculté de régénération constante dans chaque épisode qui nous fait suivre la série avec intérêt.

    Kleo a plus d'un tour dans son sac pour retrouver les coupables de son emprisonnement et leur faire payer le prix fort. A chaque épisode, elle nous montre la palette de ses talents "d'agent spécial". Hémoglobines, explosions, cascades, tout y passe. L'on imagine que le tournage a dû être bien éprouvant. La série ne se départit pas non plus d'un certain humour, très souvent loufoque, parfois grivois. (C'est d'ailleurs parfois caricatural et souvent irrésistible).

    Il y'a un côté très second degré dans les pérégrinations de KLEO, qui utilise peu le verbe et ne se pose guère de questions. N'attendez donc pas de fortes dimensions psychologiques, les ressorts de son personnage reposant justement sur son caractère loufoque et implacable.

    Une mini-série que je qualifierai de bouillonnante, imprévisible et assez réussie.

     

    MA NOTE GENERALE : 7/10

    « World invasion : Battle Los Angeles (Film, 2011, OCS)
    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    Tags Tags : , , , , ,