• Impastor, le requiem d'un prêtre olé olé

     

    Impastor, le requiem d'un prêtre olé olé

     

    Crédit photos et vidéos : TV Land

     

    Dans un passé pas si lointain, j'errais dans le monde numérique à la recherche d'une série originale avec beaucoup d'humour ... Autant vous dire que c'était une vraie traversée du désert et que j'ai vu bien des navets pas risibles du tout. (de quoi faire un copieux bouillon !). 

    Au hasard des mes pérégrinations cinématographiques, je suis tombé sur cette série. J'ai d'abord lu "le pitch" qui m'a beaucoup intrigué. C'est vrai, curieuse histoire que celle d'un type obligé de prendre la place d'un prêtre (gay) dans une petite bourgade américaine pour fuir ses créanciers mafieux. Et surtout, dans quelle conditions ce changement pourrait-il se faire ? 

    Et puis, l'imposture habilement établie, nous nous intéressons vite à l'histoire de l'énergumène, ce véritable roi du vice qui nous vendrait du purin concentré en boîte en nous jurant la main sur le coeur qu'il s'agit d'un produit de qualité. 

    Il est comme ça, notre Buddy Dobbs (interprété par Michael Rosenbaum). Naturel et vicieux, mais tellement hilarant qu'il en devient attachant.

    Pour se faire aimer, il partait pourtant avec de lourds handicaps au départ : voleur, menteur, accro aux jeux d'argent, à l'alcool, aux drogues et aux prostituées, il ne lui restait guère que son bagout exceptionnel et son sens de l'improvisation pour sauver les apparences...J'allais quand même oublier son once d'humanité dans les moments importants.

    Et nous, spectateurs, dans tout ça ? on se tord de rire devant cette magistrale farce, et pour un peu, nous irions presque nous confesser. 

    Impastor, le requiem d'un prêtre olé oléA

    A défaut de nous confesser, nous pourrions tout aussi bien nous adresser à son assistante, véritable icone de la godiche parfaite, dont le petit plaisir est de ne jamais rater une gaffe.

    actrice impastor

    Non vraiment, c'est un gâchis monumental de s'en être arrêté définitivement à la saison 2, une faute de goût inimaginable qui mérite bien des châtiments... divins. 

     

    On aime :

    - l'absence de rires en boîtes  

    - l'humour qui emprunte parfois aux Monthy Python

    - Le format des épisodes (moins de 30 minutes)

    on aime pas :

    - Pas de saison 3 (évidemment)

    - toujours pas une saison traduite en VF à l'heure où j'écris ces lignes

     

    MA NOTE GENERALE : 7,5/10

     

     

    « Toute première fois Cigarettes et chocolat chaud »

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :