• "A Cure for Wellness" (ou A cure for life) - 2017

    Crédit photo : regency enterprises

     

     

    Résumé :  Lockart est un jeune cadre aux dents longues qui ne vit que pour sa société de gestion de patrimoine. Le conseil d'administration de cette société va lui confier une mission capitale : retrouver coûte que coûte l'un de ses dirigeants (Pembroke) qui se trouve en Suisse, au sein dans un étrange complexe thermal où il semble avoir perdu la tête. En effet, la signature de Pembroke est obligatoire pour un certain nombre de documents administratifs importants. Seulement voilà, la mission de Lockart va prendre une tournure inattendue lorsqu'il va arriver sur place et découvrir le mystérieux traitement que l'on administre aux curistes...

     

    Un scénario envoûtant dès le départ mais qui divague progressivement au point de devenir incompréhensible au bout de 2h00. (le film dure 2h26mn). J'ai ressenti comme un immense gâchis du fait de cette totale sortie de route scénaristique.

    Malgré cela, tout est loin d'être à jeter dans cette oeuvre dont les deux premières heures sont vraiment attrayantes avec des cadrages particulièrement soignés qui mettent surtout en valeur les Alpes Suisses et cet étrange complexe thermal aux allures de forteresse.

    L'atmosphère, inquiétante et gothique, permet à notre imagination de travailler à souhait sur ce que pourrait être "le final". Quelques scènes horrifiques feront certainement tourner de l'oeil aux plus sensibles sans que cela soit vraiment récurrent, l'accent étant plutôt mis sur la psychologie. 

     

    MA NOTE GENERALE : 6/10

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    1 commentaire
  • The Jane doe identity, l'autopsie de Jane Doe

     

    Crédit Photo : 42, IM Global, Impostor Pictures

     

    L'histoire : Au sous-sol d'une maison où plusieurs meurtres ont été commis, les inspecteurs de police découvrent le cadavre d'une femme complètement nue, cadavre à moitié enterré... Comme ils ne parvienne pas à l'identifier, ils lui attribuent une identité : elle s'appellera Jane Doe. Pour les besoins de l'enquête, Cette dépouille est confiée à Tommy Tilden et son fils Austin, médecins-légistes, afin qu'ils procèdent à une autopsie. Mais ce qui ne devait être qu'un banal examen va tourner au cauchemar après bien des découvertes étranges.

     

    Un film d'horreur "à l'ancienne", où tout repose sur la suggestion, l'atmosphère morbide savamment entretenue dans un lieu propice (morgue/crématorium), cet endroit glauque où les médecins-légistes ont l'habitude de "faire parler" les corps qui leur sont livrés par la grâce de la médecine légale.

    Amateurs d'effets spéciaux et de scènes extrêmement sanguinolentes, passez votre chemin, votre déception sera immense. Cette histoire surnaturelle est plutôt destinée aux puristes du genre, à ceux qui veulent renouer en toute simplicité avec l'approche purement psychologique d'un film d'horreur.

    Avec ses fondations scénaristiques solides, The Jane Doe Identity (ou The Autopsy of Jane Doe), réussit plutôt bien son objectif : faire monter crescendo l'angoisse.

    Les seuls bémols résident dans ce souci (presque permanent) de ne jamais trop en faire, en mettant le paquet sur la bande sonore (très bonne) et la réaction émotionnelle des personnages...Des personnages, qui, cela dit en passant, me semble bien peu trop nombreux. (mais aurait-il pu en être autrement dans une morgue ?).

    Pour synthétiser, un huis clos "old school" de bonne facture qui m'a laissé un peu sur ma faim.

     

    MA NOTE GLOBALE : 6,5/10 

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    2 commentaires
  • Rock'n roll (2017)

     

    Crédit Photo : Les Productions du Trésor

     

    Dans rock'n roll, Guillaumet Canet joue son propre rôle dans la vie de tous les jours tout comme sa compagne, Marion Cotillard.

    Interrogé par une journaliste à l'occasion de la promotion d'un film, Guillaume s'aperçoit qu'il est considéré comme ringard dans le monde du cinéma...A la suite de cette révélation, il va faire une bonne grosse "crise de la quarantaine" et tenter coûte que coûte de redevenir "rock'n roll". (comprenez jeune et fun). 

     

    J'ai regardé cette comédie en deux temps (elle dure deux heures) avec quelques minutes de pause seulement entre les deux parties (je préfère le préciser, sinon mon jugement aurait sûrement été biaisé). C'est étrange car j'ai justement eu le sentiment que la première heure n'était pas du tout du même acabit que la deuxième (un peu moins poilante et un brin plus sentimentale).

    Guillaume Canet nous montre ici toute l'étendue de son talent et sa faculté à pratiquer et accepter l'autodérision, tout comme ses partenaires dans ce film...Le rendu est très convaincant avec ce véritable carnaval de situations cocasses sur l'autel du "rester jeune" à tout prix.

    Toute l'équipe du film a dû prendre un plaisir immense lors de ce tournage, où l'on devine que certains acteurs (en particulier Marion Cotillard et les frères Attal) ont vraiment sublimé leurs interprétations respectives. 

    C'est le genre de comédie qui contribue à rapprocher les acteurs de leur public, fusionnant adroitement le monde du cinéma et ses paillettes avec la vie de monsieur tout le monde. C'est tantôt drôle, parfois attendrissant, revigorant pour "les quadras" et d'une simplicité élémentaire qui fait mouche.

     

    MA NOTE GENERALE : 7/10

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    4 commentaires
  •  

    Alibi.com (2017)

     

    Crédit photo : CN5 Productions, Fechner Films


    Greg est le créateur d'une startup en pleine expansion qui fournit des alibis à ses client(e)s à la demande. Il le reconnait volontiers à ses proches, il ne parvient pas à tomber amoureux, et sa vie sentimentale est désertique. Par hasard, son chemin va croiser celui de Flo, une charmante jeune femme un brin fofolle dont il va tomber éperdument amoureux, mais dont le père s'avère être l'un de ses futurs clients...

     

    Un scénario habilement pioché dans l'air du temps, à l'heure du tout internet et du tout négociable. La thématique, hautement immorale, était prédestinée à la satire familiale/sociétale...D'ailleurs, c'était la seule forme d'humour qui aurait pu rendre cette comédie complètement irrésistible. Dans la même veine et pour trouver une source d'inspiration à succès, elle aurait pu dupliquer les notes ironiques et légères de l'arnacoeur.

    Malheureusement, côté humour, cette comédie semble alterner le bon (souvent avec Didier Bourdon et Nathalie Baye en étendards) et le moins bon (déboires d'animaux domestiques répétitifs, gags parfois trop gros pour faire rire...) à longueur de temps, comme si elle cherchait perpétuellement sa vitesse de croisière.

    A trop se chercher, elle aurait même pu titiller les nanars, mais sa brochette d'acteurs talentueux lui sauve la mise.

    Au bout du compte et malgré quelques errements, elle ne perd jamais son caractère divertissant grâce à son scénario farfelu et ses personnages caricaturaux et attrayants.

     

     MA NOTE GENERALE : 6/10

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    1 commentaire
  • Opération anthropoid

     

    Le général SS Reinhard Heydrich était surnommé "le boucher de Prague" ou la "bête blonde". C'était un dignitaire nazi zélé qui pratiquait la répression à grande échelle en Tchécoslovaquie durant la seconde guerre mondiale.

    Pour les résistants tchèques, éliminer Heydrich, c'était porter un grand coup au régime nazi. Le nom de cette mission ? "l'opération anthropoïd". Pour ce faire, un groupe de parachutiste avait été spécialement envoyé sur place et cette oeuvre est inspirée de leur histoire...

     

    Un film dont la caractéristique principale est l'atmosphère particulièrement lourde. Les dissensions internes propres à ce mouvement de résistance sont exposées au grand jour, il y a du suspens, de l'action, quelques amourettes et surtout, des tourments profonds dans les têtes des deux jeunes parachutistes (les acteurs Jamie Dornan et Cillian Murphy) partagés entre le désir de vivre et le dévouement à leur mission principale.

    C'est glacial, haletant et sans concession sur la vie des résistants sous l'occupation nazie. Cette approche de la résistance m'a d'ailleurs vaguement rappelé la noirceur de l'armée des ombres (1969).

    Somme toute, un film qui m'a vraiment séduit par son réalisme froid, sa mise en scène, ses cadrages  opportuns et ses acteurs impliqués. En résumé, un diamant brut qui n'a que très peu de défauts. Sans doute méritait-il une bien meilleure promotion commerciale. A voir ou à revoir, ne serait-ce que pour se rappeler le courage exceptionnel de ces hommes et de ces femmes qui risquaient tout.

     

     MA NOTE GENERALE : 7,5/10

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    2 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique