• Désaffection des salles de cinéma, la grande interrogation

    Ce récent article de France 3 régions pointait du doigt la baisse de fréquentation dans les cinémas hexagonaux. Cet autre article (pas moins intéressant) mettait en lumière la responsabilité des plateformes de streaming dans cette baisse de fréquentation. Alors, où en sommes nous vraiment et quel avenir pour le cinéma en France ?

    Désaffection des salles de cinéma, la grande interrogation

     

    Je m'étais déjà fendu de ce post sur le sujet en Juillet 2020... Depuis, la situation n'a pas évolué d'un pouce. Pire encore, les chiffres à la baisse sont édifiants. La voix du nord, récemment parle d'une baisse de la fréquentation de 27,7% des salles obscures depuis mai 2019. Alors, quelles sont causes réelles de cette désaffection et quelles sont les solutions pour les gérants ?

     

    Les causes de cette désaffection

     

    Petit tour d'horizon des coupables fréquemment désignés dans les médias traditionnels.

     

    Les plateformes de streaming :  Ce sont les coupables idéaux. Elle existaient déjà avant le confinement, et elles continueront d'exister. Cependant, Netflix ne semble pas pour autant en profiter, comme l'indique cette source. Nous aurions beau jeu d'assimiler les offres des plateformes de streaming à du "lowcost", tandis que la bonne vieille salle de cinéma n'offrirait que de la qualité.   

     

    Le manque d'attractivité des films : Là encore, c'est un phénomène cyclique qui ne peut pas tout expliquer, car certains blockbusters comme Maverick tirent clairement leur épingle du jeu en terme de fréquentation. 

     

    Le prix des places : Le prix d'un ticket serait compris entre 8 et 13,60 euros... Mais ces prix cachent de nombreuses disparités, en particulier dans les grandes villes, où ils atteignent parfois des niveaux stratosphériques. C'est sûrement l'une des explications majeures, car avec l'inflation, les ménages font plus attention à leur budget loisir. De plus, n'oublions pas que le coût de l'essence à flambé, ce qui peut rendre les déplacements plus rares pour certains familles.   

     

      

    On le voit, donc les causes de cette désaffection sont multiples et variées. Difficile de désigner un fautif et de le mettre sur les bancs des accusés. Certains évoquent aussi une perte d'habitude depuis l'ère post confinement, mais je reste très perplexe par rapport à cette explication.

     

     

    Quelle solutions pour les cinémas ?

     

    Face à ces défis inédits, les directeurs de cinéma vont devoir réinventer le modèle traditionnel. Le temps n'est plus où un simple panneau "cinéma" suffisait pour garnir les banquettes des salles. Aujourd'hui, il faut rebâtir complètement un modèle qui, s'il n'est plus encore totalement obsolète, demande à être dépoussiéré d'urgence. Pêle mêle, voici quelques pistes pour faire revenir les spectateurs dans les salles.

     

    Faire la part belle à la projection 3D, à l'interactivité avec le spectateur.

     

    Multiplier les rencontres entre spectateurs, réalisateurs, acteurs, producteurs de films

     

    Organiser des projections de cinéma de "plein air", ou maquiller entièrement une salle pour lui donner un aspect  "verdoyant"

     

    Multiplier les loteries, offres promotionnelles

     

    Cette liste ne se veut pas exhaustive... Les choses ne sont jamais éternellement figées et les cinémas peuvent encore réagir. L'avenir nous dira s'il s'agit d'une simple désaffection passagère, ou si, au contraire, le mal est plus profond côté public.

     

    En attendant, permettez-moi de vous souhaiter un bon week-end à tous et à toutes ! 

    Désaffection des salles de cinéma, la grande interrogation

    « Anatomie d'un scandale (Série, 2022)DEVILS (Série, 2020, OCS) »
    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    Tags Tags : , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :