• Archive 81 (Série, 2022)

    Ma critique cinématographique sur cette série (d'épouvante ?) NETFLIX qui fait un tabac : ARCHIVES 81. 

     

    Archive 81 (Série, 2022)

               Crédit photo : NETFLIX  

     

    Synopsis : Dan Turner se voit embaucher pour restaurer de vieilles bobines de films brulées dans l'incendie d'un immeuble. Ces bobines proviennent d'une étudiante (Mélody), probablement morte dans cette incendie mystérieux. Pour Dan, c'est un travail extrêmement bien payé mais beaucoup de conditions drastiques lui sont imposées... Au fur et à mesure de son travail, il va découvrir les nombreux secrets de cet immeuble...Ainsi qu'un lien étroit avec sa propre vie familiale.  

     

     

    Amalgame réussi entre Blair Witch et 8mm...

    Archive 81 (Série, 2022)Archive 81 (Série, 2022)

     

    Archive 81 emprunte beaucoup à la référence horrifique Blair Witch (1999) et un peu d'un autre film moins connu, 8mm (1999).

    De Blair Witch, Archive 81 tire clairement son côté "immersion dans le démoniaque" caméra au poing. La véritable enquête menée grâce à des cassettes n'est pas sans rappeler, elle, le film 8mm. (Parce que souvenez-vous, Nicolas Cage se voit confier la pénible tâche d'enquêter sur la réalité d'un "snuff movie").

    Ici la finalité est quasiment la même que dans 8mm, c'est à dire distinguer le vrai du faux... Mais il y'a une différence notable : le personnage central, qui enquête et restaure les bobines, est très perturbé. En effet, Dan Turner a dû affronter un fort épisode dépressif et ne semble pas s'en être tout à fait remis.

    Le personnage pivot est donc quelqu'un de perturbé et de perturbant pour le téléspectateur. Pour maintenir le suspens, la série joue particulièrement sur cette aspect de sa personnalité... Quitte à en abuser, parfois, et à nous interroger sur le genre même de la série. Science Fiction ? épouvante ?  Horreur ? biographie ? 

     

    Quelles questions soulèvent cette série ? 

     

    Archive 81 (Série, 2022)

    Personnellement, j'ai trouvé que trois types de questions se dégagent.

    • Celles posées par la personnalité même de Dan Turner...Car ce qu'il voit est-il réel ou n'est-ce que le fruit de son imagination ?  
    • Celles qui ont un rapport avec l'utilité de son travail... Car pour qui et surtout pourquoi restaure-t-il ces bandes ? 
    • Comment s'est déclenché l'incendie de l'immeuble ? et en filigrane de cette question, que sont devenus les résidents de celui-ci, présents sur les bandes ?

     

    Il y'a donc au moins trois grosses énigmes qui se dénouent progressivement. Parfois, dans les séries, les intrigues ne nous donnent pas envie d'aller plus loin... Bien évidemment, notre désintérêt peut être encouragé par plusieurs facteurs (intrigue poussive, personnages inintéressants, développement prévisible).

    Dans archive 81, ces multiples intrigues sont suffisamment stimulantes pour captiver notre attention...Vous me direz, peut être parce qu'elles sont parfois complètement indépendantes  les une des autres ? mais pas seulement.

     

    Archive 81, c'est aussi une atmosphère particulière et des acteurs émergents

      

    Lorsque l'on débute cette série, une particularité saute déjà aux yeux : l'originalité du travail du personnage principal. Dan Turner exerceArchive 81 (Série, 2022) un métier complètement méconnu du grand public. Il fait son métier avec passion, méthode et application.

    L'acteur qui incarne ce personnage dispose de suffisamment de charisme pour que le spectateur s'intéresse à lui.

    Ce fameux acteur (Mamoudou Athie) tient sûrement là le rôle de sa vie, qui le fera passer à la lumière. Son interprétation est crédible, propre, réglée comme du papier à musique. 

     

     

     

    Archive 81 (Série, 2022)

    Son pendant féminin (Mélody), lui, est aussi inconnu du grand public que lui (l'actrice saoudienne palestinienne Dina Shibabi ici à gauche). Il est évident qu'après sa prestation dans cette série, elle sera certainement fortement sollicitée prochainement. (si cela n'est pas déjà le cas !)

    Elle est au moins tout aussi éblouissante que Dan, même si elle n'apparaît qu'à la faveur de la lecture des bandes vidéos. C'est là aussi où réside le coup de maître du scénariste : nous faire vivre le quotidien de Mélody. L'on peut ainsi observer Mélody évoluer dans son environnement sans l'effet coins carrés de la "lecture de bobine"...En clair, elle s'échappe complètement de l'oeil de Dan pour avoir sa propre vie sous nos yeux.

    Indéniablement, cela la rend plus humaine et plus accessible aux yeux du tout public. C'est un procédé qui s'écarte des sentiers battus scénaristiques et qui nous interpelle fortement. Faire sortir littéralement  Mélody d'une bande de film pour la replacer plein champ demandait un sacré grain de folie.

    Il y'avait plus de chances, à mon avis, de saboter l'intégralité de la série avec cet artifice. Mais finalement, cela dynamise fortement l'ensemble et rend beaucoup plus palpable l'interprétation de Dan Shibabi.

     

     

     

      MA NOTE GENERALE : 8,5/10

    « Quelques uns de mes derniers coups de coeur cinématographiquesKATLA (série, 2021) »
    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    Tags Tags : , , , ,